Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Commerce> Les femmes et le commerce ambulant

Elles le font pour faire vivre leurs familles

 

Pour survivre et faire vivre leurs familles, certaines femmes pratiquent le commerce ambulant. Selon leurs témoignages, elles considèrent ce métier comme une activité génératrice de revenu. Cela du fait qu’elles n’ont pas d’autres métiers à faire qui leur procure de l’argent. Elles demandent aux autorités qui régulent le commerce ambulant de leur permettre de faire vivre leurs familles.

 

Une femme qui s’est entretenue avec le quotidien le Renouveau a fait savoir qu’elle a commencé à faire le commerce ambulant très récemment : « Il y a une année, je travaillais dans une entreprise privée. Un jour, le directeur a réuni les employés et nous a annoncé que l’économie de l’entreprise va mal. Et que par conséquent, il doit diminuer le personnel. Je fais partie de ceux qui sont virés. Par après, je ne suis plus capable d’honorer mes responsabilités comme avant puisque je n’ai pas de moyens. J’ai une amie qui se préoccupe de ma situation et m’a proposé de me donner un petit capital pour chercher une activité à faire qui procure un peu d’argent », a-t-elle annoncé.
Notre source a ajouté que les activités auxquelles elle pense faire, exigent une place pour les exercer. Elle s’est par après lancée dans le commerce ambulant en vendant des habits pour les enfants. Et, elle vient de passer cinq mois dans ce métier.

Un métier qui fait face à beaucoup de défis

Notre interlocutrice a fait remarquer que le commerce ambulant fait face à beaucoup de difficultés. « Dans ces derniers jours, j’ai entendu que le ministère en charge du commerce a autorisé le commerce ambulant. Mais, je vois toujours les policiers qui nous attrapent en nous disant que nous faisons un commerce interdit. Des fois, ils prennent tout ce que nous avons et nous restons mains vides. Je me demande alors les conditions pour faire ce commerce légalement», a-t-elle mentionné.
Notre source a enfin demandé les autorités qui régulent le commerce ambulant de reconnaître qu’il y a des gens qui n’ont pas de moyens pour chercher des places dans les marchés pour y exercer des activités. Et, de laisser ces gens faire le commerce ambulant pour faire vivre leurs familles.

Rose Mpekerimana

Ouvrir