Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Zone Kamenge> Le petit commerce des vivres dans différents quartiers

Il présente des avantages

 

IMG 160219La rédaction du quotidien burundais d’informations, Le Renouveau s’est récement rendue , dans les différents quartiers de la zone urbaine de Kamenge. Elle a recueilli les avis de quelques habitants et commerçants sur les avantages du petit commerce des vivres qui s’y exerce.

 

Dans la zone urbaine de Kamenge, la plupart des gens qui y habitent exercent le petit commerce presque sur toutes les avenues où des vivres sont étalés. Ces gens qui le pratiquent disent que, malgré la diversité de ce commerce, ils n’ont pas de problèmes en rapport avec la clientèle. Ils ajoutent qu’ils n’ont pas aussi de lamentations car, chacun parmi-eux reçoit ce qui lui est destiné par jour. La question de savoir pourquoi ils ne cherchent pas au marché les stands à occuper, ils ont répondu qu’ils ne peuvent pas trouver d’argent pour les payer ni pour leur location.
Les habitants de ladite zone prouvent eux-aussi que la pluralité de commerce des vivres dans ces différents quartiers les aident, surtout quand ils n’ont pas de temps pour se rendre au marché. Un de ces habitants a dit qu’il est employé quelque part au centre ville. Le salaire qu’il reçoit ne permet pas d’avoir un domestique. Tôt le matin avant de se rendre au service, il laisse une somme d’argent à sa fille aînée et cette dernière va acheter des vivres dans le quartier afin de nourrir ses petits frères sans aller au marché. Ces habitants affirment que ce petit commerce des vivres dans les quartiers est utile pour la population à faible revenu. On vend au détail alors qu’au marché on pèse sur les balances. Il arrive des cas où une personne peut passer toute la journée sans rien obtenir, mais après la fermeture du marché elle parvient à vendre.
Ces habitants continuent en disant que ce petit commerce exercé dans les différents quartiers, diminuent aussi le nombre d’accidents. En se rendant au marché de Kamenge, il y a encombrement des gens, des véhicules, des motocyclettes, des bicyclettes, sur la route qu’on traverse avant d’y arriver.

Evelyne Habonimana (Stagiaire)

Ouvrir