Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ECONOMIE> Pénurie du carburant de type mazout

Il est urgent d’y apporter une solution durable

 

IMG 090808Il n’y a pas longtemps que le quotidien burundais d’informations Le Renouveau s’est entretenu avec le propriétaire d’un camion sur la pénurie du carburant de type mazout. Il a dit que les propriétaires des camions ont aujourd’hui beaucoup de difficultés à payer les impôts et les salaires des employés.

 

Le propriétaire de camion a dit qu’on avait orienté à tous les propriétaires des camions vers deux stations sis l’un à Musaga et l’autre à Kinama dans la municipalité de Bujumbura pour servir le mazout. Mais aujourd’hui, ils peuvent passer deux à trois jours sur de longues files d’attente à ces stations et rentrer sans carburant. Il a ajouté que, par après, ils ont trouvé le mazout sur la station dénommée « Top 7 » qui se trouve à la gare du nord, en face de la salle de réception communément appelée Ku kazuba center. «On s’est réveillé à 4h du matin pour s’aligner sur de longues files d’attente. Là, on nous a servi le mazout à 13h. Pour que le camion soit rempli, il faut 100 litres de carburant. Mais, on donnait seulement 30 litres pour que les autres soient servis. Comment alors peut-on travailler avec 30 litres au lieu de 100 litres ? On ne nous donnait même pas la moitié de la quantité nécessaire. Avec ces 30 litres, on peut travailler une journée et le carburant est épuisé. »
L’interlocuteur a affirmé que ces propriétaires de camions sont obligés de payer les impôts même s’ils n’ont pas travaillé, à cause de cette pénurie. Donc, ce manque de carburant n’est pas une cause exonératoire. Non seulement ils doivent payer les impôts, mais aussi leurs employés journaliers et mensuels ont besoin de leurs salaires.
Un des habitants rencontré en face de la station « Top 7 » où s’alignaient ces camions a dit qu’ils ont beaucoup d’inquiétudes, car ces files de camions peuvent bloquer la circulation routière. La RN1 où se trouve ladite station est une route où passent beaucoup de véhicules qui vont à l’intérieur du pays et est réputée pour ses nombreux accidents.
Les propriétaires de camions ainsi que leurs employés demandent aux concernés de bien gérer la situation car les camions, les bus et autres véhicules utilisent le carburant de type mazout.
Evelyne Habonimana

Ouvrir