Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

DEVELOPPEMENT> Province de Cibitoke


Le gouverneur sollicite l’assistance de la Bad dans la reconstruction du pont reliant le Burundi à la RDC

 

aaajjiopp La population riveraine de la 6è transversale de la colline Gasenyi, commune Buganda en province de Cibitoke éprouve des difficultés pour se rendre à l’autre rive en République démocratique du Congo (RDC). Le souhait de cette population ainsi que de l’administration provinciale de Cibitoke est que le pont qui a été démoli en 1972 puisse être reconstruit pour faciliter les rapports de bon voisinage entre le Burundi et la RDC. La question a été soumise par le gouverneur de province de Cibitoke, Joseph Iteriteka, au représentant résident ai de la BAD, Joël Tokindang.

 

Le gouverneur de la province de Cibitoke, Joseph Iteriteka, a sollicité dernièrement l’appui de la Banque africaine de développement (Bad) dans la reconstruction du pont reliant cette province à la République démocratique du Congo (RDC). C’était lors du lancement officiel des travaux de réhabilitation et des services supplémentaires de la route nationale numéro 5.
Selon le gouverneur Joseph Iteriteka, ce pont a été détruit en 1972. Et de préciser que les populations riveraines éprouvent beaucoup de difficultés dans les rapports de bon voisinage entre ces deux pays frères particulièrement en ce qui concerne la facilitation de la circulation des biens et des populations riveraines.
Pour s’en rendre compte, le représentant résident a.i. de la Bad, Joël Tokindang, a directement proposé au gouverneur de Cibitoke de visiter ce pont qui, il faut le dire, a un intérêt évident. C’est là que ce représentant s’est aperçu que ce pont est dans un état hors d’usage.
Pour traverser la rivière Ruzizi, les habitants de deux rives se servent des pirogues. Les passagers et les biens embarquent à l’intérieur de ces dernières avant d’être conduits à l’autre rive par un rameur.
D’après les personnes rencontrées sur place, ce genre de transport présente des dangers qui vont jusqu’ à la noyade.
Le souhait de nos interlocuteurs serait que ce pont soit fonctionnel pour éviter des situations malencontreuses. Surtout lorsqu’on sait qu’il n’est pas rare de voir des crocodiles et des hippopotames dans la dite rivière.

Masta Shabani

Ouvrir