Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ECOFO KAMENGE II> Bilan des pertes liées aux récentes pluies diluviennes

Les pertes ne sont pas énormes

 

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville de Bujumbura dans l’après midi du dimanche 2 avril 2017 n’ont pas épargné l’Ecofo Kamenge II. Les différentes classes de cette école sont pleines d’eaux mêlées de boue et quelques livres ont été mouillés. Mais les pertes ne sont pas très énormes et les activités vont continuer comme il faut.

 

Selon Dominique Seseka, directeur de l’Ecofo Kamenge II, le bilan des pertes n’est pas énorme. Puisque cette école est souvent inondée, M.Seseka a fait savoir qu’il essaie de conserver tous les documents à un niveau supérieur au moins d’une hauteur de 75 cm. Au niveau du matériel scolaire, il y a des fichiers utilisés par les enseignants et les livres d’élèves qui ont été endommagés. La plupart des classes inondées sont celles localisées près de la route macadamisée par rapport à celles situées du coté opposé. Les classes de 5ème, 2ème et 3èmes années sont celles qui ont connu des pertes énormes en fichiers et en livres d’élèves.
Même si la situation a été ainsi, M.Seseka a signifié que cela ne va pas leur empêcher de continuer leur travail. « Nous allons utiliser des tablettes qui contiennent de la matière que nous enseignons, a-t-il dit ». Sur le total de 10 classes dont dispose l’Ecofo Kamenge II, l’eau a pénétré dans huit classes, y compris le bureau du directeur jusqu’au niveau de deux mètres.
La cour et l’intérieur de la plupart des classes sont couverts de boues. Le directeur de cette école demande avec insistance aux autorités municipales et locales d’intervenir dans les plus brefs délais afin que ces boues soient enlevées. Il a indiqué que la police de Protection civile est à l’œuvre dans les travaux de rendre cette école encore fonctionnelle depuis lundi. Les services techniques municipaux sont aussi saisis mais ils n’ont pas répondu présents, a-t-il dit.
Pour éviter que ce problème d’inondation de cette école ne se reproduise, M.Seseka demande de faire l’extension de la buse du pont situé sur le boulevard de l’Unité qui est très étroite. Comme l’eau vient souvent avec des troncs d’arbres, ces derniers bouchent la buse et l’eau manque de passage et se répend dans tous les sens. L’autre solution intermédiaire est de construire un mur de protection sur la rivière Nyabagere derrière cette école, a-t-il souhaité.

Martin Karabagega

Ouvrir