Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ENTRETIEN> Les défis rencontrés dans la fabrication du savon

Notamment le manque de matériaux

 

IMG 141300Le manque de matériaux peut bloquer la fabrication des savons. La hausse des prix des produits d’utilisation peut aussi conduire à la perte. Cela ressort de l’entretien que la rédaction du journal « Le Renouveau » a eu avec un fabriquant des savons, Gérard Ntawuyaheza à propos des défis qu’il rencontre dans son métier.

 

Gérard Ntawuyaheza, est un fabriquant des savons. Il a informé qu’il a appris ce métier quand il était très jeune d’une personne qui les fabriquait au quartier industriel. « Avant, je travaillais pour les autres et j’ai imaginé comment travailler pour mon propre compte. Remarquant que je n’avais pas de matériels suffisants pour commencer ce métier, j’ai pris la décision de m’associer avec un autre qui les possédait et nous avons constitué ensemble le capital pour démarrer notre activité », a- t- il ajouté.
Gérard Ntawuyaheza affirme que cette activité lui procure un revenu lui permettant non seulement d’entretenir sa famille mais aussi de payer les taxes. Il a acheté du petit bétail qui l’aide à pourvoir aux besoins de sa famille. Pour enrichir le sol de ses champs, il utilise le fumier de ce bétail. Sa famille ne manque ni d’habits, ni de frais scolaires pour les enfants, ni de frais pour les soins de santé. « Quand ma femme ou mes enfants tombent malades, je trouve facilement des frais de soins de santé. C’est le même cas si un enfant a besoin des frais ou d’autres matériaux scolaires», a-t-il souligné. Il a continué en disant qu’il a acheté une parcelle qu’il a par la suite mise en valeur et qu’il a remboursé certaines dettes qu’il avait contractées. Il paie facilement le loyer.
Il signale enfin que dans son métier, des problèmes ne manquent pas. C’est un métier qui demande beaucoup de forces et, avec l’âge, il arrive qu’on soit incapable de le continuer. La montée des prix des produits qu’il utilise lui fait travailler à perte. Par exemple aujourd’hui, dit-il, je m’approvisionne en matières premières à des prix très élevés et, souvent, les prix peuvent descendre avant que tous les savons fabriqués à prix de revient élevé, ne soient pas écoulés. Un autre défi est le manque de client car les fabricants des savons sont nombreux. Il n’y a pas assez de marchés pour vendre tous les savons fabriqués.

Evelyne Habonimana

Ouvrir