Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Municipalité de Bujumbura> Rentrée scolaire du deuxième trimestre

Les souhaits ne manquent pas pour certaines écoles

 

Le quotidien « Le Renouveau» a visité un certain nombre d’écoles de la municipalité de Bujumbura. Au nord, il s’est rendu au lycée Sainte Famille de Kinama et à l’école fondamentale Kinama III. Au sud, il s’est intéressé à l’école fondamentale Kanyosha I et au lycée de la Convivialité. Au centre, il s’agit de l’Ecole secondaire des techniques administratives (Esta), du lycée municipal de Rohero et de l’école fondamentale « Stella Matutina». Les élèves et les professeurs étaient tous au rendez-vous.

 

Les élèves ont repris le chemin de l’école après deux semaines de vacances du premier trimestre. Aucun problème majeur n’a été signalé avec le début du deuxième trimestre dans les écoles de la municipalité de Bujumbura que le quotidien «Le Renouveau» a visitées le lundi 9 janvier 2017.
Le quotidien « Le Renouveau» s’est rendu notamment à l’Ecole secondaire des techniques administratives (Esta). Selon le directeur de cette école, Isaïe Mbonihankuye, la rentrée scolaire du deuxième trimestre s’est bien déroulée dans la mesure où les professeurs et les élèves se sont présentés comme à l’accoutumée.
Il a fait remarquer que l’Esta dispose de 9 salles de classe ainsi que de 22 professeurs dont 11 permanents et 11 vacataires. Elle a à son sein trois sections à savoir l’informatique des télécommunications, l’informatique de gestion et le secrétariat.
Le souhait est de voir tous les professeurs de cette école payés par la Fonction publique. Les professeurs vacataires sont jusque là supportés par l’école à travers les contributions des parents.
La même ambiance de la rentrée scolaire du deuxième trimestre a été observée au lycée municipal de Rohero. Les professeurs étaient dans les salles de classe avec les élèves en train de corriger les examens du premier trimestre.
La directrice de ce lycée, Gertrude Simbananiye, a fait savoir que l’école dispose de seize salles de classe avec deux sections : les langues et les sciences. L’école a moins d’élèves cette année scolaire (1 030 élèves) par rapport à l’année dernière (1 140 élèves). Le lycée possède deux professeurs vacataires et la directrice aimerait qu’ils soient engagés par la Fonction publique pour allèger les charges scolaires.
L’école fondamentale « Stella Matutina» a, quant à elle, vingt salles de classe. La directrice, Marie-Claire Inamahoro, a dit que tous les enseignants étaient à l’œuvre, proposant des exercices variés aux enfants. Elle espère que les groupes d’élèves et d’enseignants qui se présentent les après-midis seront aussi au rendez-vous.

Au nord de la capitale
Au passage de la rédaction du journal Le Renouveau au lycée Sainte Famille de Kinama, les élèves étaient en classe en présence des professeurs en train de faire la correction des examens. Dans les classes, l’absence de quelques élèves se remarquait par quelques places vides. Le directeur du lycée Sainte Famille de Kinama, Alexis Niyonzima, a informé que la rentrée s’est normalement déroulée. Les élèves et les professeurs ont répondu en grand nombre parce que, a-t-il dit, le premier jour à cette école compte malgré quelques absences des élèves. Après la correction des examens, a ajouté M. Niyonzima, les cours vont continuer sans tarder parce que le deuxième trimestre étant trop court, pour terminer le programme prévu au cours de ce trimestre.
M. Niyonzima a indiqué que les résultats du premier Trimestre ont été plus ou moins satisfaisants sauf dans quelques classes. La 8e fondamentale occupe la première place avec 83,3%, la 2e SCB occupe la 2e place avec 76, 9%, la 1ère SCB occupe la 3e place avec 73,1%, la 9e occupe la 4e place avec 72,5%- une place satisfaisante pour une classe à concours, la 1ère LM occupe la 5e place avec 72,4%, la 2e LM et la 1ère Langue post fondamental occupent la 6e place avec 68,1%, La 7e A fondamentale occupe la 7e place avec 60%, la 7e B fondamental occupe la 8e place avec 47,1% et enfin la 1ère Science post fondamental occupe la 9e et dernière place avec 45,2%. M. Niyonzima a fait le constat que pour cette dernière classe comprenant les élèves provenant de l’orientation de la 9e fondamental et de la 10e classique, ce sont ceux provenant de la 10e qui essaient en classe par rapport à ceux provenant de la 9e.
Pour relever ce taux bas, l’école va inciter les enfants à travailler dur. L’étude obligatoire de l’après-midi est instaurée pour que les élèves s’expliquent les uns les autres. Les professeurs qui sont conscients de leur rôle d’éducateur vont dispenser les cours après-midi et pendant les week-ends pour relever le niveau des élèves et terminer le programme. Ces cours ne sont pas payants contrairement aux cours de renforcement.
A l’Ecofo Kinama III, les élèves ont répondu présents et les cours ont commencé. La directrice de ladite école a fait savoir qu’il y a quelques cas d’absences pour ceux qui croient qu’ils sont encore en vacances. Elle espère que les élèves absents vont vite regagner l’école lorsqu’ils apprendront que les activités ont démarré dès le premier jour.

La situation au sud est aussi bonne

A l’école fondamentale Kanyosha I (Ecofo Kanyosha I). Le constat est que les élèves et les enseignants ont répondu massivement à l’appel. Selon le directeur de l’Ecofo Kanyosha I, M. Juvénal a indiqué que sur cette école, le deuxième trimestre de l’année scolaire 2016-2017 a débuté dans un bon climat et avec plus de vivacité sur tous les cotés. « J’apprécie sérieusement la présence et la ponctualité des élèves et des enseignants au premier jour de la rentrée scolaire du deuxième trimestre, car presque tous, élèves et enseignants, sont présents » a dit M.Juvénal.
S’agissant des résultats du premier trimestre, le directeur a informé que les résultats sont bons en général mais qu’on a remarqué beaucoup d’élèves qui ont enregistré beaucoup d’échecs surtout dans certaines classes. Il a cité les élèves du quatrième cycle de l’Ecofo, c’est –à-dire ceux des classes de 7e année. Il a expliqué que dans ces classes, les échecs se sont beaucoup remarqués parce que ce sont de nouveaux élèves qui ne sont pas encore habitués à l’enseignement secondaire.
Pour combler ces échecs au cours de ce deuxième trimestre qui a débuté ce lundi, le directeur de l’Ecofo Kanyosha I a fait savoir que même si les séances de renforcement sont temporairement suspendues, l’école initiera des stratégies pour pouvoir rehausser le rendement des élèves. « Je prévois une assemblée générale avec les parents d’élèves et les enseignants en vue de raffiner les stratégies ».
Quant d’élèves de la 9e fondamentale, les résultats du premier trimestre n’ont pas été bons. « Donc, nous sommes très satisfaits de commencer les concours dès le premier jour parce que bientôt nous allons passer au concours national de cette année. C’est une bonne occasion de nous préparer davantage pour terminer les programmes de tous les cours afin d’avoir de bons résultats tant en classe qu’au test national.

MASTA SHABANI
Ezéchiel MISIGARO
Avit Ndayiragije

Ouvrir