Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Horticulture> Importance des fleurs

Elles sont utilisées sous diverses formes et à plusieurs reprises

 

IMG 090855Les fleurs occupent une place importante dans la vie des gens. Certaines personnes gagnent leur vie en vendant toutes sortes de fleurs, tandis que d’autres les utilisent sous plusieurs formes et à plusieurs reprises. Ces fleurs ont gagné leur place dans différentes festivités.

 

Au Burundi, les fleurs sont fréquemment utilisées comme très beaux arrangements floraux pour les maisons de décoration, un symbole de deuil et d’hommage lors des funérailles les funérailles des parentés et amis proches. Elles sont également utilisées dans différentes fêtes telles que le mariage, spécialement pour le bouquet de fleurs de la mariée, pour décorer la voiture des mariés, et dans d’autres célébrations. A côté de cela, les fleurs revêtent une importance économique majeure liée à leur vente et à leur culture.
Nous nous sommes entretenus avec certaines personnes qui vendent les fleurs. Elles nous ont parlé de l’importance des fleurs dans la société. En effet, nos interlocuteurs indiquent que ce métier fait vivre leurs familles. Selon eux, les prix des fleurs varient selon les périodes. Pendant les périodes de fêtes, le prix d’un petit bouquet de fleurs, comme celui de la mariée est à 10 000 FBu, tandis que pour un gros bouquet que l’on dépose sur les cercueils, le prix varie entre 15 000 et 20 000 FBu.
Les fleurs les plus vendues et chères sont les agapanthes et les lys. Leur prix varie aussi selon les périodes et la saison productive. Une tige d’agapanthe se vend à 1 000 FBu tandis que le lys est vendu à 1 200 FBu. D’autres sortes de fleurs les plus utilisées sont les arums dont trois pièces s’achètent à 700 FBu, et 1 000 FBu pendant les jours fériés ; l’anthurium, utilisée souvent pendant les funérailles, s’achète entre 100 et 150 FBu la pièce. Ils ont fait savoir que la plupart de ces fleurs sont cultivées dans la zone Bugarama, une région très froide pendant toutes les saisons.

Les contraintes rencontrées

Les personnes qui vendent des fleurs sont devenues nombreuses d’où la diminution des clients selon la loi de l’offre et de la demande, sans oublier la concurrence, affirme certains vendeurs. Ils disent qu’ils rencontrent aussi des difficultés, notamment lorsque les fournisseurs ont augmenté les prix des fleurs pendant la période où ils n’ont pas beaucoup de clients. Dans ce cas, précisent-ils, ils sont obligés de garder le même prix de peur de ne pas vider leur stock. Ils ont parlé aussi de la surproduction des fleurs et de la location des maisons pour vendre les fleurs qui constituent un problème préoccupant.
LORENE NUBWABO (Stagiaire).

 

Ouvrir