Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Rivière Ntahangwa> Extraction du gravier, sable et moellon

Un travail qui fait vivre un bon nombre de familles

 

L’extraction de gravier, de sable et de moellon dans la rivière Ntahangwa comme dans d’autres rivières fait vivre beaucoup de gens. Les extracteurs y trouvent l’argent nécessaires pour pouvoir procurer la famille ce dont elle a besoin.

 

Dans la rivière Ntahangwa, le gravier, le sable et le moellon sont extraits à un niveau élevé. Le lundi 28 novembre 2016, le quotidien burundais d’informations Le Renouveau s’y est rendu pour s’enquérir de la situation qui y règne.
Selon les informations provenant de M. Jérôme, un des extracteurs, le sable, le gravier et le moellon sont extraits par certaines personnes pour pouvoir faire vivre leurs familles. Elles le font parce que c’est un travail comme tant d’autres et elles y trouvent de quoi mettre sous la dent. A la question de savoir comment ces extracteurs s’organisent pour mieux exercer leur métier, ils n’ont pas jugé bon de le dire mais plutôt ils nous envoyés au chef de leur association, association considérée comme une coopérative, parce que c’est elle qui a beaucoup à nous en dire. Malheureusement, nous n’avons pas pu le trouver sur son fil telephonique. Nous avons essayé de nous informer à propos de leur clientèle et ils nous ont dit que, comparativement aux années passées, la clientèle a remarquablement diminué à cause de la crise qui s’est passée en 2015. « Auparavant, les clients venaient nombreux parce que la situation était encore meilleure, mais pour le moment elle devient de plus en plus pire. Nous pouvions avoir même cinquante camions par jour mais aujourd’hui, nous n’en voyons que très peu », a-t-il indiqué.

Les prix par camion varient selon le produit voulu

Dans ces jours ci un camion de sable se vend à 13 000 FBu, un camion de gravier, 30 000 FBu et un camion de moellon à 35 000 FBu. Ils paient aussi des taxes au niveau de la mairie parce que c’est une association légalement reconnue. Un camion de sable paie une taxe de 2 000 FBu tandis que pour le gravier et le moellon, on paie 3 000 FBu. Quelques uns des personnes qui leur achetaient ces produits n’ont pas encore suffisamment d’argent et par conséquent les maisons ne sont pas construit à grande échelle. Suite à cette diminution de la clientèle, la vie devient de plus en plus chère. Dans les jours à venir, si la situation continue ainsi, on ne sera même pas capable de trouver la ration journalière pour la famille. Les enfants ne pourront pas aller à l’école.

Olivier NISHIRIMBERE( Stagiaire)

Ouvrir