Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

COMMERCE> Marché de Gisyo

Son visage s’est nettement amélioré

Le marché de Gisyo n’est plus comme il était. Non seulement tous les emplacements ont été occupés, mais il est aussi bien achalandé et mouvementé. En outre, toutes les denrées alimentaires sont exposées sur les étales contrairement à la période d’avant.     

DSC06570Le visage du marché de Gisyo situé dans la commune urbaine de Kanyosha s’est nettement amélioré. Cela a été observé le vendredi 24 octobre 2014 par le quotidien  Le Renouveau  lors de son passage à cet endroit.
Tenez ! A l’entrée, on y installe des habits neufs et de la friperie. Et quand on pénètre à l’intérieur du marché, on  est frappé par des stands nouvellement construits. On y trouve des denrées de toutes sortes comme la viande, le poisson, les fretins (ndagala) en grande quantité. Les produits qui, auparavant, étaient étalés à même le sol sont exposés sur des étals. C’est le cas des tomates, des poireaux, des oignons, du piment, des oranges, etc..
Il y a lieu de faire remarquer que ce marché est construit avec les moyens du bord, mais  beaucoup d’emplacements sont actuellement occupés par des marchands. Pour dire que le marché de Gisyo est actuellement bien achalandé. Aujourd’hui, il est difficile de se déplacer sans bousculade.
On y observe des encombrements et des embouteillages qui font que les consommateurs et les marchands se bousculent ou mieux se donnent du coude. Cela n’est pas sans conséquence : on assiste parfois à des disputes sinon des querelles.

Les prix y sont abordables

Les prix des produits alimentaires sont bon marché. Un kilo de viande par exemple coûte 5 500 FBu alors qu’il revient à 6 000 FBu ailleurs. On trouve même des tomates pour 100 FBu.
Une situation est cependant à déplorer : elle porte sur la salubrité. En effet, quand on se promène dans les alentours de ce marché ou même à l’intérieur, les ordures ne sont pas rares. Et en cette période pluvieuse, des flaques d’eau sont observables à certains endroits. Ce qui ne facilite pas la circulation des gens.
D’après le responsable du marché, Vianney Ntibazonkiza, la plupart des déchets qu’on y trouve proviennent des ménages voisins qui les versent pendant la nuit. Sinon, chaque marchand est tenu de nettoyer tout autour de son emplacement.
Il a fait comprendre qu’un autre terrain est en train d’être aménagé pour accueillir ledit marché. Il sera alors construit de façon moderne avec des kiosques et des magasins aux alentours.
Masta Shabani

Ouvrir