Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Mwaro> Situation socio-économique

La province se développe progressivement

Le gouverneur de la province de Mwaro Gérard Maryogo, apprécie la situation socio-économique de sa province actuellement.  Cependant, il souhaite encore un  appui pour avancer sur le plan de la construction  des infrastructures sociales. La sécurité étant au centre de toutes les activités, il s’avère nécessaire de la consolider.

 

« Bientôt, la province de Mwaro sera dotée d’une route goudronnée ». Cela ressort de l’assurance qu’a fait le Chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza. Selon le gouverneur de la province de Mwaro Gérard Maryogo et  les témoignages des habitants de cette province,  la construction de cette route aura un impact  positif sur le développement de cette entité. En effet, estiment les habitants de Mwaro, « le transport des biens sera facile, le mouvement sera élevé,  la population écoulera facilement ses produits, et se ravitaillera sans difficulté dans d’autres parties du pays». Du moins, pour le moment, certains propriétaires de véhicules  ne veulent pas les engager dans les localités de Mwaro de peur que l’état des routes risque d’endommager ces véhicules.  Mais,  M. Maryogo indique que les infrastructures  routières ont été réhabilitées.

Avec la sécurité, le reste est possible

Le gouverneur de la province de Mwaro  apprécie le pas franchi sur le plan de développement depuis le mois de juillet jusqu’aujourd’hui.  En effet, pas mal d’infrastructures ont été construites. Cependant, cette province se heurte à de contraintes liées aux matériels de construction tels que les fers à béton, les tôles et le ciment. Il souhaite donc un appui allant dans ce sens pour réaliser leurs objectifs. Dans le domaine de l’agriculture, des courbes de niveau  ont été tracées, et plus de cinq mille  plants d’arbres ont été préparés.  Selon lui, cela a,  peut-être été, possible grâce à l’état sécuritaire stable. En effet, révèle-t-il, « la cohabitation entre les habitants de cette province est bonne, les comités mixtes de sécurité fonctionnent normalement ». Néanmoins, des cas de vols dans les champs et les ménages sont rapportés dans cette province. Les conflits fonciers entachent  également  la sécurité. Il y aurait aussi de groupuscules de bandits armés d’armes blanches  qui se forment dans les communes de Gisozi et Rusaka et qui volent dans les ménages.  
Alfred Nimbona

Ouvrir