Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

LYCEE COMMUNAL DE KARONDA> Rentrée scolaire pour le deuxième trimestre

Les activités ont débuté normalement

000000ascolComme dans d’autres établissements, les activités du second trimestre qui étaient programmées le lundi 6 janvier 2020, ont débuté normalement au Lycée communal de Karonda de la commune Rumonge en province de Rumonge. Les élèves et les enseignants y ont répondu massivement. Selon le directeur de cette école, Antoine Nsengiyumva, les résultats du premier trimestre ne sont pas satisfaisants mais il espère qu’il y aura une amélioration au cours du deuxième  trimestre.


Selon le calendrier du ministère en charge de l’éducation, la reprise des activités du second trimestre était programmée le lundi 6 janvier 2020 dans tout le pays. Au Lycée communal de Karonda, les activités ont débuté normalement. Les élèves et les enseignants y ont répondu massivement. D’après M. Nsengiyumva, il n’y a pas de temps à perdre. Les activités doivent commencer dès la rentrée scolaire. Il a précisé que les enseignants s’étaient bien préparés à temps et les élèves devaient se présenter à l’école dès le premier jour de la rentrée scolaire du fait qu’il n’y aura pas de temps à perdre. C’est dans le but de terminer à temps le programme afin de réserver un temps suffisant pour la révision. M. Nsengiyumva a indiqué que les résultats du premier trimestre au Lycée communal de Karonda ne sont pas satisfaisants selon ses attentes. Du fait que c’est au premier trimestre où l’élève se retrouve devant de nouvelles matières, il a fait savoir que c’est un trimestre qui est caractérisé le plus souvent par beaucoup d’échecs. Selon lui, il espère qu’au cours de ce deuxième trimestre les résultats seront meilleurs. Il a demandé aux élèves de commencer à étudier dès la rentrée scolaire avant que les matières ne deviennent volumineuses. C’est pour que même ceux qui n’ont pas eu de bons résultats au premier trimestre puissent se rattraper. M. Nsengiyumva a fait un clin d’œil aux enseignants et aux élèves de travailler en cause et en conséquence du fait que pour cette année-ci, il y aura beaucoup d’activités liées aux élections qui vont se dérouler prochainement.

Les problèmes ne manquent pas

 M. Nsengiyumva a informé que le L.C de Karonda a des difficultés qui handicapent le bon déroulement de ses activités, notamment le manque du matériel didactique dans la section de l’Informatique de gestion. Il a précisé que c’est un problème qui date de longtemps et qui a été soumis à maintes reprises aux concernés, mais il n’a pas encore été résolu. « Chaque enseignant doit se débrouiller pour élaborer sa matière à l’aide de l’Internet. Cela cause beaucoup de problèmes du fait qu’on trouve souvent chaque établissement avec sa propre matière, alors que toutes les écoles font le même examen d’Etat.», a-t-il souligné. Un autre problème est celui de manque d’enseignants qui semble être difficile à traiter. M. Nsengiyumva a précisé qu’ils sont obligés de faire recours aux enseignants vacataires pour pouvoir dispenser les cours. Il a indiqué que ces derniers partent souvent lorsqu’ils trouvent un emploi, et il devient difficile de trouver d’autres le plus tôt possible. Même si l’école trouve d’autres enseignants vacataires, cela a un impact sur la réussite des élèves suite à la perturbation.  Cela est dû au fait qu’ils doivent s’habituer de nouveau à ces  enseignants. M. Nsengiyumva a précisé que tous ces problèmes ont  des conséquences négatives sur la réussite des élèves à l’examen d’Etat.Le directeur du L.C de Karonda a demandé au gouvernement en général, et au ministère en charge de l’éducation en particulier, de faire   tout leur possible afin de trouver la solution à ces problèmes que connaissent la plupart des écoles du pays, et surtout dans les sections techniques. Les parents sont priés également de suivre de près leurs enfants dans leurs activités scolaires afin de les aider à préparer leur avenir et ne pas laisser la tâche aux seuls enseignants.

Julien Nzambimana

Ouvrir