Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ENTREPRENEURIAT> Sa conception au sein de la jeunesse

Elle est source d’espoir

 000 1azertLa culture entrepreneuriale est le moyen par lequel les jeunes d’aujourd’hui font recours pour gagner leur vie. Cela a été dit dans un entretien  avec Francis Ngabirano, un jeune entrepreneur, qui aide également les autres jeunes dans l’apprentissage du métier. 


Les lauréats des écoles de l’enseignement supérieur ou technique, après avoir terminé les études, s’attendent normalement à ce qu’ils aient un emploi temporaire ou permanent. Actuellement, plusieurs jeunes restent à la maison par manque de travail. Cela crée des malentendus le plus souvent dans les familles d’accueil et pour éviter cela, certains jeunes préfèrent se mettre ensemble pour monter un projet.Francis Ngabirano, un jeune homme de 28 ans, après avoir terminé ses études, a eu l’ambition de monter son plan d’affaire. Cela lui a permis de résoudre pas mal de problèmes.

Actuellement, son projet l’aide non seulement dans sa vie, mais aussi il est bénéfique pour un groupe d’élèves qui font le stage dans sa société.Comme disait Pierre Corneille, « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », on n’a pas besoin d’attendre un certain âge pour réaliser des exploits. Il a interpellé les autres jeunes d’essayer de ne pas dépendre de quelqu’un, ou de penser que tout proviendra de l’Etat. Il a dit que ce dernier est comme un parent qui doit nourrir plusieurs enfants. Certains d’entre eux doivent savoir comment voler de leurs propres ailes, et aider les autres à faire de même.Il a aussi fait un clin d’œil aux jeunes qui restent les bras croisés se disant qu’ils doivent avoir un travail relatif à leur cursus universitaire . Il leur a conseillé plutôt de développer d’autres talents afin d’avoir plusieurs choix. Pour ceux qui ne font rien par manque de capital, il leur a conseillé de se mettre ensemble avec les autres, car dit-il, le capital le plus important c’est la force que chacun d’entre eux va apporter mais aussi les idées. Ensemble, ils peuvent construire un projet de grande envergure. M.Ngabirano a demandé au gouvernement une aide matérielle, car aussi un début, ils éprouvent des difficultés de se procurer le matériel, mais du local pour concrétiser le projet. 

Aline Nshimirimana

Ouvrir