Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Lettre à ma nièce, Enna Joëlle Mugisha Elève au Lycée Cibitoke

Chère nièce,

Je viens d’apprendre que tu es bel et bien arrivée à l’école. Comme tu le dis, les moyens de transport sont souvent difficiles à la rentrée scolaire. Je sais que, malheureusement, les transporteurs malhonnêtes doublent ou triplent même le ticket de bus. Bien plus, ils ne respectent pas le nombre de passagers autorisés par l’assurance. Des conducteurs de  minibus dans lesquels seuls dix-huit personnes sont assurées, se permettent d’embarquer plus de vingt-cinq personnes. Et là, tout le monde est prêt à contester, mais personne ne veut pas parler le premier. Nous avons encore  besoin de ce courage, contester pour mettre nos vies à l’abri des dangers que cette pratique pourrait occasionner.  

Chère nièce, 

J’ai senti la compassion quand tu m’as rappelé que tu étais rentrée avec quelques échecs. Tu dis que cela a gâché ta joie pendant les fêtes de Noël et du Nouvel An. Je comprends, c’est désagréable.  J’ai quand-même admiré la détermination avec laquelle tu retournes à l’école pour ce second trimestre.  Les conseils que tu me demandes de te faire tournent vraiment autour de la détermination. Tu comprends, je ne doute pas, que le temps réservé aux études sera effectivement consacré aux études. Tu mettras un accent particulier sur ces cours que tu n’as pas réussis. Tu pourras, à côté de tes efforts supplémentaires, approcher tes collègues pour des explications additionnelles. Il ne faudra, surtout pas, avoir  peur de poser des questions au professeur titulaire de tel ou tel cours, sur le point que tu n’auras pas bien compris. Il est là pour vous, et il est fier quand les élèves comprennent bien la matière de son cours. 

Ma chère Mugisha,

Tu dis que tu veux à tout prix monter de plus de 15% pour rentrer avec plus de 80%. Cela est fort possible. Il suffit d’avoir cette détermination d’atteindre ton objectif. Quant à moi, je ne ferais que te féliciter, toi et ma sœur qui est ta chère mère. Elle, elle sera aux Anges ! Si tu me demandes de prier pour toi, je le fais mon devoir. Je te rassure que j’ai déjà réalisé que mes prières sont toujours exaucées. J’ai souvent prié pour tes cousins et cousines et j’ai toujours entendu et vu la main de Dieu. Les, « Je vous salue Marie et les Notre père qui est aux Cieux » de tout le temps, et les rosaires de la tante du père de la mère de mon grand-père, ne seront non plus sans effet. Je termine donc cette lettre en te souhaitant tout ce dont tu désires, mais je serais tout le temps impatient de te revoir aux vacances de Pâques. 
Ton Oncle ALFRED NIMBONA

Ouvrir