Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Education> Dialogue parent-enseignant

Il est important pour le cas d’un enfant malade

 

foule1Les parents ont le devoir de parler de l’état de santé de leurs enfants aux enseignants. Ces derniers peuvent ainsi enseigner les enfants connaissant leurs points forts et leurs points faibles. Cela ressort des avis des enseignants et des responsables d’école sur le sujet d’un enfant qui a été battu par un enseignant et qui en est mort. 

 

Les avis divergent. Certains disent que l’enfant a été violemment battu tandis que d’autres avancent que l’enfant était naturellement faible. De toutes les façons, les enseignants doivent connaître l’état de santé de leurs élèves. Ce sont du moins les propos d’une enseignante qui a été témoin d’un cas similaire mais qui n’a pas mal dégénéré comme celui de son collègue. Notre interlocutrice dit que pour son cas, l’enfant était épileptique. C’était un petit garçon intelligent mais très nerveux.  Comme la dame enseigne la maternelle, elle doit veiller à ce que les enfants jouent pour s’épanouir. Mais l’enfant ne voulait pas jouer avec les autres car à la moindre occasion il frappait ses camarades. Il a fallu du temps à l’enseignant pour qu’il comprenne ce qui énervait l’enfant.« Les parents ont le devoir d’aider les enseignants à bien élever leurs enfants. À la maison, les enfants appartiennent aux parents tandis qu’ à l’école, ils appartiennent aux parents et aux enseignants. Les parents détiennent toujours la première place dans l’éducation des enfants », dit Dominique Seseka, directeur d’école. En effet, certains parents pensent qu’envoyer leurs enfants à l’école est un moyen de se décharger de leur devoir d’éducateurs. M.Seseka indique que dès sa naissance, l’éducation de base de l’enfant lui est donnée par son père et sa mère. Les enseignants ne font que compléter ce que les parents ont donné. Il en est de même pour le suivi de l’état de santé des enfants qui vont à l’école.Le système scolaire aujourd’hui privilégie une éducation mixte. Les enfants de toute catégorie peuvent étudier dans de mêmes classes. « Mais certains handicaps devraient être signalés pour que les enseignants sachent à quel genre d’enfants ils ont affaire », dit une enseignante. D’autres conseillent qu’il y ait des bureaux, à chaque école, chargés d’écouter et de suivre psychologiquement les enfants. Ainsi, pour M.Seseka, il y a un comité des parents qui est là pour des questions diverses auxquelles font face les écoles et les élèves. « Au cours de leurs rencontres, les parents devraient exposer les cas des enfants fragiles pour qu’ils soient étudiés. Mais en plus, les enseignants devraient user de patience quand il s’agit de punir les enfants »dit M.Seseka

Blandine Niyongere

Ouvrir