Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

CHAMPIGNONS COMESTIBLES> Contraintes sanitaires

Il s’agit principalement de maladies et du manque de matériel

 

IMG 103La culture des champignons comestibles est une nouvelle culture au Burundi qui demande plus de sensibilisation afin qu’elle soit pratiquée sur toute l’étendue nationale, du fait de son importance dans l’alimentation. Cette culture connaît  de multiples  contraintes liées aux maladies qui attaquent les bottes de champignons. Cela entraîne une baisse de la production. Un suivi régulier est nécessaire pour prétendre à une bonne production. 

 

Dans un entretien avec le chef de service chargé de la Valorisation des résultats de la recherche à l’Institut des sciences agronomiques du Burundi, Cyrille Mbonihankuye affirme que la culture des champignons comestibles a beaucoup de contraintes. Les principales sont les maladies et le manque de matériel. Cela demande un suivi régulier dès la fabrication des bottes de champignons à la culture. Il précise que les contaminations commencent dès la production de semences M. Mbonihankuye a expliqué que les principales contraintes sont liées aux maladies qui attaquent le mycélium en développement sur les bottes pendant la période d’incubation. Ces maladies sont souvent causées par des champignons parasites ou des bactéries qui attaquent les bottes. Cela a un impact sur la production. Il a souligné qu’en absence de suivi régulier, les bottes attaquées contaminent rapidement les autres et cela provoque la diminution ou l’absence totale même de la production. D’autres contraintes sont le manque de matériel qui est difficile à trouver. M. Mbonihankuye a fait savoir que les substrats utilisés à la fabrication des bottes sont disponibles seulement à la Rafina, ce qui entraîne souvent le manque de ce dernier du fait qu’il est sollicité par plusieurs personnes.

Les signes de contaminations et la mesure à prendre

Selon M. Mbonihankuye, les signes de contamination se manifestent sur les bottes. Normalement, une botte en bon état a une couleur blanche. Il a précisé que lorsqu’une botte de champignon présente une couleur différente de la blanche, c’est que la botte est contaminée. « La couleur blanche caractérise le mycélium et les autres couleurs sont des signes des champignons compétiteurs dont les moisissures. La mesure à prendre en cas d’une autre  couleur est de jeter la botte infectée et désinfecter le lieu à l’aide des produits de désinfestations.M. Mbonihankuye précise que les causes de contamination des bottes sont dues à la mauvaise préparation de ces dernières. Pour lutter contre ces maladies, il a souligné que les bottes doivent être bien stérilisées. Lors de l’ensemencement, le banc de semis doit être désinfecté et sans oublier la place d’incubation des bottes.
                       

Julien Nzambimana (stagiaire)

Ouvrir