Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Zone Buterere> Difficultés liées au métier d’agriculture

Béatrice Mpawenimana parvient à les surmonter

 

IMG 0020Pour lutter contre la pauvreté, Béatrice Mpawenimana, de la zone Buterere a préféré exercer le métier d’agriculture. Elle pratique ce métier sur des terrains qu’elle loue. D’après elle, ce métier lui permet de vivre et de faire vivre sa famille. Mais des difficultés ne manquent pas.

 

Beaucoup de personnes pensent souvant que les femmes vivent aux dépens de leurs maris. Mais actuellement, certaines femmes contribuent à la survie de la famille en exerçants quelques activités génératrices de revenus.Béatrice Mpawenimana est une femme mariée. Elle vit dans la zone Buterere. Dans la ville de Bujumbura tout le monde doit être en possession de l’argent pour se payer le logement, les soins de santé, la nourriture, etc.Dans sa vie quotidienne, Mme Mpawenimana pratique le commerce, et surtout l’agriculture. Dans ses activités, elle rencontre pas mal de difficultés, mais elle parvient tout de même à les surmonter. Elle a évoqué le problème de rareté des terres à cultiver. Mais malgré cela, elle parvient à récolter à suffisance.  En plus du problème de rareté de terres, elle a mentionné aussi le manque d’engrais chimique. Par manque d’engrais organique, elle doit utiliser l’engrais chimique. Et cela lui coûte très cher. L’engrais chimique d’après Mme Mpawenimana est cher, et doit être utilisé en grande quantité parce ce qu’il n’y a pas de fumure organique. Malgré les difficultés rencontrées, elle salut le pas déjà franchi, car dit-elle, “Je parviens à payer le loyer, les soins de santé des enfants” etc. Elle a fait un clin d’œil aux autres femmes qui, au lieu de travailler se mettent à mendier ou attendent tout de leurs maris. Elle a dit qu’une bonne épouse aide son mari à entretenir la famille. En plus de ses activités génératrices de revenus, elle participe également à des associations, ce qui lui permet d’échanger des expériences avec d’autres femmes.

Aline Nshimirimana

Ouvrir