Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ENTRETIEN> Rôle des coopératives dans le développement des populations

L’entraide entre les membres, un des atouts

 

DSC 0149Actuellement, la population burundaise a déjà compris que dans le but d’atteindre les objectifs du développement durable, le travail en  association est l’une des stratégies les plus sûres que chaque Burundais doit prendre en considération pour s’autofinancer. A part l’entraide mutuelle,  les coopératives et les associations contribuent à l’amélioration des conditions de vie des membres. 

 

Dans un entretien accordé à la rédaction, Pierre Nimbona, président de la Coopérative « Vaso Abakutsakivi »  a d’abord informé que la création des associations ou des coopératives pour les populations burundaises  est venue au moment opportun, car c’est l’une des stratégies qui ont été adoptées premièrement par le gouvernement du Burundi dans le but de faire soutenir, inciter et encourager  les populations à améliorer leurs conditions de vie par la réalisation de leurs propres projets. M. Nimbona a ensuite indiqué que s’agissant du rôle des coopératives et associations dans le développement, il a dit qu’elles favorisent l’entraide, l’auto-financement ainsi que l’amélioration des conditions de vie, indépendamment des activités initiées par les membres.Pour les membres de la coopérative           « Vaso Abakutsakivi », M. Nimbona a signalé que cette dernière s’est donnée comme objectif la protection de l’environnement par la plantation des arbres agroforestiers sur les rivières et sur les différentes collines surplombant la capitale de Bujumbura ainsi que la lutte contre la malnutrition chronique par la promotion des légumineuses. « Une partie  de la récolte dans nos champs est utilisée pour la consommation par les membres, tandis qu’une autre partie  est destinée  à la vente afin de pouvoir garder l’argent  sur les comptes », a expliqué M. Nimbona.

« Un accès facile aux microcrédits »

Pierre Nimbona a en plus mentionné qu’étant une coopérative, les membres ont accès à certaines opportunités, qui leur permettent d’assurer l’autofinancement mais aussi la subvention de leurs besoins familiaux. Comme l’argent reçu de la partie vendue de notre récolte est  encaissée dans des institutions de micro finance, il a précisé que cela facilite l’octroi de petits crédits  à chaque membre de Vaso. « Ledit crédit nous permet de subvenir aux besoins de nos familles ainsi que les réalisations d’autres petits projets », a affirmé M. Nimbona. Ce dernier a également conclu en interpellant les autres populations de songer à travailler en association  afin d’accéder ensemble au développement, d’échanger d’expérience, du fait que l’union fait la force.

Avit Ndayiragije

Ouvrir