Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

LYCEE MUNICIPAL ROHERO> Appréciation des résultats de l’examen d’Etat 2018-2019

Ils sont peu satisfaisants

 

IMG 25Les résultats de l’examen d’Etat, édition 2018-2019 sont peu satisfaisants au Lycée municipal Rohero. Selon la directrice de cette école, Gertrude Simbananiye, cela est dû à quelques difficultés que cette école a rencontrées au cours de l’année scolaire écoulée. Ce qui a entravé le finissage des programmes dans certains cours. Le fait que c’était la première promotion du fondamental en est la cause. 

 

Dans un entretien du vendredi 27 septembre 2019, Mme Simbananiye a précisé que les résultats ne sont pas satisfaisants à l’école dont elle est responsable si elle essaie de comparer les résultats de l’examen d’Etat, édition 2018-2019 avec ceux des autres années.Mme Simbananiye a fait savoir que les résultats obtenus dans la section des langues sont satisfaisants par rapport aux autres sections présentes à cette école. Pour les résultats provisoires, elle a informé que dans la section des langues, pour cinquante trois lauréats, plus de 60% ont un pourcentage de 50% et plus à l’examen d’Etat. Concernant la section de Maths-Physique, pour quinze lauréats qui se sont présentés, plus de 30% atteignent une moyenne de 50%. Et s’agissant de la section de Biochimie et Science de la Terre, pour vingt-cinq lauréats, plus de 40% ont un pourcentage de 50% et plus. Mme Simbananiye a signalé qu’il y a des élèves qui ont manqué leurs feuilles roses dans quelques cours.

Difficultés rencontrées au cours de l’année précédente

Mme Simbananiye a expliqué que les résultats de l’année précédente ne sont pas  satisfaisants du fait qu’au cours de cette année, l’école a connu certains problèmes liés au manque d’enseignants, surtout dans les sections scientifiques. Cela leur a poussé à faire recours aux enseignants-vacataires et ces derniers partent d’un moment à l’autre au cas où ils trouvent de l’emploi ailleurs. Elle a signalé aussi que les livres leur sont parvenus tardivement dans les années terminales.  « Cela a handicapé l’avancement des matières et certains chapitres n’ont pas été bien étudiés suite au manque  du  temps. », a-t-elle expliqué. Mme Simbananiye a indiqué également que le fait que c’était la première promotion du fondamental, peut être la cause de ce faible taux de réussite.Mme Simbananiye a terminé en appelant les parents des élèves de disponibiliser pour leurs enfants tout le matériel scolaire nécessaire, y compris les livres d’élève afin que chacun ait son propre livre. Elle a demandé au ministère en charge de l’éducation d’inclure même quelques enseignants des cours à test pendant le choix de cet examen du fait qu’on trouve quelques fois des questions sur la matière qu’on n’a pas pu aborder.

Julien Nzambimana (Stagiaire)

Ouvrir