Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

LECTURE> Les enfants en bas âge dans la bibliothèque

«L’enfant ne devient compliqué qu’avec sa maman»

 

IMG 0016Il est important d’encourager les parents à faire aimer la lecture à leurs enfants qui sont en bas âge. Les bibliothèques aussi contribuent à cette tâche en offrant un espace et des livres appropriés. A quel âge le parent peut-il conduire son enfant à la bibliothèque et quel est le suivi adéquat de la part des parents et du bibliothécaire ? Germaine Manirariha en tant que propriétaire d’une bibliothèque et enseignante de formation a donné quelques éclaircissements à ces interrogations. 

 

Les livres qui sont proposés aux enfants par les bibliothécaires sont surtout des bandes dessinées. Selon Germaine Manirariha, propriétaire de la bibliothèque « Dr. Pascal Mukene », les enfants à deux ans et demi voire trois ans, un petit Burundais ne sait pas lire mais, il faut lui donner un livre. « Nous leur donnons un livre en images, avec des dessins. On feuillette ensemble, on met des noms sur les fleurs et sur les animaux par exemple et après 45 minutes en fonction de l’état de enfant. Cela dépend de comment l’enfant s’ennuie, on propose le coloriage», a-t-elle indiqué.Elle a apprécié que des fois les enfants en bas âge fassent de très beaux coloriages qu’ils accrochent sur les murs de la bibliothèque afin que chaque enfant puisse voir son dessin. «On leur propose des jeux de construction, des jeux de table et des cubes qu’on met ensemble. Dans les jeux de construction, il faut que l’enfant détermine ce qu’il a voulu bâtir. Il ne faut pas bâtir dans le vide, il faut avoir un objectif», a-t-elle expliqué. L’autre activité qui est proposé à ces apprentis est la projection de dessins animés.

Les premières années sont les meilleures

Pour elle, les premières années sont les meilleures car c’est là qu’il faut implanter quelque chose de solide chez les enfants. Quant à la gestion d’un public aussi jeune, elle n’est pas aussi compliquée selon notre interlocuteur. «L’enfant ne devient compliqué qu’avec sa maman, à l’extérieur il est tranquille», a-t-elle dit. Elle a souligné qu’on compte sur la variation des activités. «S’il a commencé par le livre, s’il s’ennuie, il faut lui proposer une autre activité. On ne force pas, il faut avancer à son rythme et selon les préférences de chaque enfant mais, au début, il n’y a pas de parti pris, il doit toucher le livre, savoir tourner les pages», a précisé Mme Manirariha.

Grâce-Divine Gahimbare

Ouvrir