Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ARCT> La gestion des terminaux de télécommunications électroniques

L’ARCT invite les institutions et organisations impliquées à y contribuer

 

IMG 556L’Agence de régulation et de contrôle des télécommunications (ARCT), a organisé un atelier à l’intention des représentants des institutions publiques et privées, des importateurs, des vendeurs, des medias ainsi que des consommateurs des services des terminaux mobiles sur la gestion des terminaux raccordables aux réseaux de télécommunications, le jeudi 3 octobre 2019 à l’hôtel City Hill.  

 

Partant du thème de la réunion : « Sensibilisation sur l’importation, la vente et l’usage des équipements et terminaux de communications électroniques», le directeur général de la ARCT, Donatien Manirampa, a fait savoir que le terminal mobile offre de formidables opportunités à l’être humain en milieu tant privé que professionnel mais que les controverses existent sous plusieurs aspects incluant son état de non conformité, de non homologation ou de contrefait même lorsqu’il est subtilisé ou volé à son possesseur.M. Manirampa a indiqué que les marchés parallèles de la contrefaçon et le vol des terminaux de télécommunications ou des terminaux mobiles sont devenus un phénomène mondial aux conséquences économiques et sociales. Il a signalé que le phénomène de la contrefaçon des téléphones mobiles a de nombreuses conséquences négatives pour l’industrie, la société, les consommateurs et le gouvernement. Il s’agit de la baisse de la qualité du service de télécommunication mobile, qui influence à son tour l’expérience de l’utilisateur et celle de l’entreprise. 

Malgré les efforts de l’ARCT, la fraude se manifeste toujours

M. Manirampa a fait savoir que l’ARCT est consciente de  l’impact de l’utilisation des terminaux de contrefaçon, non conformes, non homologués et a réalisé des activités notamment l’inscription de tous les abonnés mobiles étant donné que l’identité mobile donne aux consommateurs le contrôle de leur identité numérique en permettant des transactions numériques simples et sûres;  la mise en place, en collaboration avec les opérateurs des téléphonies mobiles, des services de sécurité et la justice, des mécanismes de lutte contre les crimes en utilisant les téléphones mais aussi contre le vol des terminaux. Dans le cadre de la protection des consommateurs, M. Manirampa a indiqué que des réunions  ont été tenues pour sensibiliser sur la réglementation en vigueur et particulièrement pour les importateurs, l’administration et les vendeurs des terminaux. Il a signalé que l’ARCT participe activement dans des activités de normalisation au niveau régional et international et contribue significativement aux propositions pour lutter contre la contrefaçon et le vol des terminaux. Cependant, M. Manirampa trouve que, malgré ces efforts déjà fournis, le nombre de téléphones portables illégaux vendus physiquement sur les marchés noirs est considérable, tandis que les crimes commis à travers les terminaux raccordés aux réseaux de télécommunication ne cessent d’augmenter et les demandes des certificats et d’homologation restent encore faibles.Le directeur général de l’ARCT a enfin  fait savoir qu’en organisant ledit atelier, son institution a ciblé des entités dont le rôle est indispensable à la résolution de ce problème pour l’intérêt national.

Fiacre Nimbona (stagiaire)

Ouvrir