Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

SOCIETE> Les jardins potagers

Ils jouent un rôle important dans l’économie des ménages

 

potagerLes jardins de fleurs sont aujourd’hui remplacés par des jardins potagers. Dans certaines parcelles de la capitale Bujumbura, les pots, jadis de fleurs, sont aujourd’hui remplis de légumes comme les amarantes, les aubergines, les tomates, l’oignons,  et autres. A part que ces plantes participent à la valorisation du sol, elles aident aussi à réduire certaines dépenses quotidiennes auxquelles font face les ménages. 

 

Les jardins potagers peuvent être installés à n’importe quel endroit de sa parcelle. Que ce soit à l’entrée de la parcelle, dans la cour ou derrière la maison, s’ils peuvent être bien entretenus, ce sont de petits jardins faciles à cultiver et à suivre puisqu’ils sont dans nos ménages.De nos jours, les ménages à Bujumbura ont tendance à remplacer les pots de fleurs par des pots pouvant contenir ces petits jardins potagers. Bien qu’ils soient entretenus sur de petites surfaces, ces jardins sont très productifs. Avec un petit coup de main et de la volonté, les tomates, les amarantes, les aubergines issus de ces jardins peuvent subvenir non seulement aux besoins en nutrition mais participer énormément à l’économie des ménages. Jean Paul Simbavimbere est père de famille. Il a compris l’importance de ces jardins potagers. Pour lui, ces dépenses qu’on appelle « petites » sont ainsi couvertes par la présence de ces jardins. Notre interlocuteur indique que, parfois, on ne se rend même pas compte des prix en vigueur au marché. Cela parce qu’on ne se présente que rarement au marché pour acheter ces denrées qu’on a déjà dans nos petits jardins potagers chez soi. L’argent qui était alloué à acheter ces légumes peut servir à d’autres besoins des ménages, ce qui est un avantage pour beaucoup de ménages dans la capitale. Ces jardins ne dépendent pas de saisons ou du climat. M. Simbavimbere indique qu’à tout moment, on peut s’approvisionner en ces jardins potagers au lieu de toujours courir sur les marchés et s’inquiéter sur la saison des tomates ou des oignons. Ceux qui ont compris l’importance de ces jardins potagers se sont mis hors des lourdes dépenses quotidiennes. Ainsi, le stress diminue et on peut penser à aller de l’avant. 

Blandine Niyongere

Ouvrir