Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

MUNICIPALITE DE BUJUMBURA > Passation de l’examen d’Etat, édition 2019

D’une manière générale, l’examen a bien commencé

 

DSC 0005L’examen d’Etat, édition 2019 se déroule du 6 au 9 août 2019 au niveau national. La rédaction du journal « Le Renouveau du Burundi » a passé, le mardi 6 août 2019,  dans certains centres de passation pour se rendre compte de son déroulement. D’une manière générale, l’examen a bien commencé. 

 

A notre passage au centre de passation de l’examen d’Etat du Lycée du lac Tanganyika, les élèves faisaient les épreuves du jour en toute quiétude. Le cadre du ministère de l’Education,  de la formation technique et professionnelle, Damien Ntibazonkiza, qui était le président de ce centre, a indiqué que  l’examen se déroule en toute tranquillité. M. Ntibazonkiza a signalé que, contrairement aux autres années, ce centre a accueilli seulement les élèves du Lycée susmentionné.Selon M. Ntibazonkiza, les candidats à l’examen d’Etat audit centre s’élèvent au nombre de 1 115 élèves et occupent 12 salles de classe ainsi qu’une salle polyvalente. Ces  candidats sont de différentes sections. Le président dudit centre a cité, en l’occurrence, la Section économique; la Section des langues ; section scientifique A actuellement appelée maths, physique, technologie ; la Section scientifique B actuellement appelée biologie, chimie, et science de la terre.Le président dudit centre a fait remarquer qu’il y a cinq élèves qui ne se sont pas vus sur la liste des candidats alors qu’ils sont régulièrement inscrits à l’école et n’avaient aucun litige avec l’établissement. M. Ntibazonkiza a souligné que ces derniers ont le plein droit de passer les examens parce qu’il y a des dispositions permettant de leur donner un numéro spécial qui montre qu’ils ont été ajoutés par le président du centre. 

Aucun cas de tricherie n’y était encore observé 

A la question de savoir le nombre d’autodidactes qui ont passé les examens audit centre, M. Ntibazonkiza a indiqué qu’il est difficile de savoir leur effectif car ils portent le numéro ordinaire comme les élèves régulièrement inscrits, étant donné qu’ils ont régularisé leur situation. Le président dudit centre a fait savoir que les élèves ont commencé les épreuves à partir de 8 heures 30 et sans difficulté ni retard. Pour lui, tout ce qui pourrait être difficulté a été réglé le lundi 5 août 2019, où les élèves étaient appelés afin de leur faire connaître leurs numéros et places,  et leur donner des consignes tant  corporelles que vestimentaires à respecter. La date du mardi 6 août 2019 était pour les élèves celle d’entrer dans les salles respectives et de subir les épreuves du jour. Le président de ce centre de passation a signalé que les absences se sont observées audit centre, leur effectif n’était pas encore relevé et n’atteignait pas le nombre de 10. Au moment où la rédaction du journal « Le Renouveau du Burundi » passait audit centre, aucun cas de tricherie n’y était encore observé. Selon M. Ntibazonkiza, les candidats sont suffisamment conscientisés car ils sont au courant que ceux qui seront attrapés,  seront sanctionnés par une note zéro et toutes les épreuves deviendront nulles pour eux.  

Aux centres de passation du lycée municipal de Gasenyi et ETS Kamenge, l’examen a commencé avec retard

Au centre de passation du Lycée municipal de Gasenyi, il y avait les élèves provenant de trois écoles : le Lycée municipal de Gasenyi, le Lycée technique don de Dieu de Bujumbura et le Lycée technique de la plaine. Selon le président du centre de passation de l’examen d’Etat du lycée municipal de Gasenyi Raphaël Bitariho, l’effectif total d’élèves présents était de 530. Il y’avait un élève du Lycée technique de la plaine qui était venu faire l’examen alors qu’il n’avait pas réussi à son école.Il lui a été vite demandé de quitter les lieux.A notre arrivée à ce centre aux environs de 9h20, l’examen n’avait pas encore commencé, et il  a  débuté à 10h20. Expliquant les causes de ce retard, M. Bitariho a indiqué que les responsables des forces de sécurité qui devaient convoyer l’examen d’Etat, n’étaient pas avertis à temps. « L’on a passé deux heures à les chercher, d’où ce retard ». En plus de cela, le président de ce centre a commencé à donner le code à chaque candidat. Mais d’une  façon générale, M. Bitariho a fait remarquer que l’examen s’est bien déroulé.Concernant les autodidactes, il n’y avait personne au centre de passation du Lycée municipal de Gasenyi. L’organisation de l’examen telle que faite l’année passée est la même que celle de cette année, a dit M.Bitariho.Au niveau du respect du règlement scolaire en vigueur, M. Bitariho a indiqué que tous les élèves qui se sont présentés, étaient dans les conditions d’hygiène tel que l’exige le règlement scolaire. Tous les candidats étaient dans les normes, a affirmé M. Bitariho.

Le règlement scolaire en vigueur a été respecté

Au centre de passation de l’Ecole technique secondaire de Kamenge (ETS), le président de ce centre Jean Claude Manirakiza a fait savoir que l’effectif attendu était de 1 181 élèves mais 1 093 se sont présentés. Ces élèves proviennent de différentes écoles comme l’ETS Kamenge, Ecotec, Ecotesa, Ecomesa, Ecole technique étoile de Kamenge et EICB.A ce centre, M. Manirakiza a fait savoir que les élèves ne se sont pas conformés aux normes du règlement scolaire en vigueur. Le président de ce centre a commencé à chasser les élèves qui n’avaient pas de têtes rasées pour qu’ils aillent le faire. Ils l’ont fait dans une fraction de seconde et sont retournés faire l’examen. Le placement des  candidats dans les locaux a également pris du temps parce qu’ils étaient nombreux. Tous cela a causé un retard du début de l’examen qui a commencé à 11h05.Au niveau du respect du règlement scolaire en vigueur, M. Manirakiza a indiqué qu’il n’y a pas eu d’élèves qui portaient des boucles d’oreille, ni de vernis sur les ongles, etc.

Ezéchiel Misigaro, Martin Karabagega

Ouvrir