Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

EPHPHATHA> Préparatifs pour les élèves à se préparer au concours national

Il leur est difficile de s’adapter au programme préétabli

 

Dsco 3006Les élèves de l’école des sourds-muets «Ephphatha » rencontrent des difficultés pour être au niveau des autres élèves dans la passation du concours  national. Et il leur est aussi difficile de s’adapter au programme de l’enseignement préétabli par le ministère en charge de l’enseignement. 

 

Selon le préfet des études de cette école, Zabulon Nkurunziza, il est nécessaire d’élaborer le programme en tenant compte des capacités des enfants qui ont des problèmes comme les sourds-muets. Car, il est difficile de terminer toute la matière étant donné que les enseignants doivent aller  doucement. Cela parce qu’ils doivent traduire toute la matière en  langage des signes.  Il a fait savoir que, pour le moment, l’école n’a pas encore commencé le concours national de 9e car les élèves sont encore en 8e année.  Mais il a précisé que les difficultés commencent à s’observer car s’ils ne parviennent pas à terminer la matière de la 8e pour cette année scolaire en cours, ils auront des difficultés énormes pour l’année prochaine. M. Nkurunziza a précisé que, lorsque  le concours national se faisait en 6e année, cette école avait une classe préparatoire, c'est-à-dire une classe qui préparait les candidats au concours national.  C’était une classe de mise à niveau, c'est-à-dire une classe qui permettait d’achever toute la matière de l’école primaire. Cela permettait aux élèves de cette école de ne pas avoir de difficulté dans la passation du concours national et ils réussissaient très bien.  Mais pour le moment, cette classe préparatoire n’existe plus. C’est pourquoi les enseignants fournissent déjà beaucoup d’efforts pour préparer les élèves au concours national de l’année prochaine, a renchéri le préfet des études de l’Ephphatha. Il a indiqué que cette classe préparatoire était possible parce que dans cette école, l’année scolaire commençait au mois de janvier. Cette période, où les autres écoles étaient en vacances permettait à l’Ephphatha  de former cette classe préparatoire.  Un autre problème évoqué par notre interlocuteur est le manque de matériel didactique. Il a dit que c’est l’école qui s’achète le matériel didactique et cela reste un problème à cause du manque de moyens.  M. Nkurunziza a terminé ses propos en remerciant le gouvernement du Burundi qui a accepté de payer les salaires de certains enseignants de cette école. Tout en lui demandant d’appuyer pour le matériel didactique. Il a précisé aussi que l’école a besoin d’autres enseignants.  

FIDES NDEREYIMANA

Ouvrir