Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Abandons scolaires> A l’Ecofo Cibitoke I

Leur nombre diminue progressivement

 

IMG 20Les parents doivent s’occuper de l’éducation de leurs enfants et collaborer étroitement avec l’autorité scolaire en vue d’améliorer non seulement la réussite scolaire mais aussi une éducation sociale imprégnée de la culture et de la tradition burundaise ainsi qu’un comportement digne d’enfants bien éduqués. 

 

« Nous enregistrons 74 cas d’abandon scolaire dont 33 au premier, 26 au second et 15 au troisième  trimestre parmi lesquels  tous les genres présentent des  chiffres presque équilibrés»,  a fait savoir Marguerite Kigeme, directrice de l’Ecofo Cibitoke I. C’était au cours d’une entrevue accordée à la rédaction du quotidien Le Renouveau le mercredi 5 juin 2019. Selon Mme Kigeme, les garçons, tout comme les filles, ont abandonné l’école au cours de cette année scolaire avec  des motifs variés. Elle a cité, entre autres,  un cas de mariage précoce,  deux cas de grossesse précoce, sans oublier les problèmes liés  aux conditions de vie en famille. Mme Kigeme a recommandé que les parents doivent s’occuper de l’éducation de leurs enfants et collaborer étroitement avec l’autorité scolaire dans le but d’améliorer non seulement la réussite scolaire mais aussi une éducation sociale imprégnée de la culture et de la tradition burundaise ainsi qu’un comportement digne d’enfants bien éduqués. Cependant, Mme Kigeme s’indigne contre les parents dont le comportement pousse leurs enfants à abandonner l’école.  Selon elle, les enfants nés en dehors du mariage ou dont les parents sont en situation de divorce ont des difficultés de s’épanouir  en milieu scolaire les poussant ainsi à l’abandon scolaire voire au mariage ou aux grossesses précoces sans compter des conséquences néfastes à leur avenir. Mme Kigeme, directrice de l’Ecofo Cibitoke I a salué l’effort du gouvernement du Burundi qui ne cesse de rappeler les couples illégaux à régulariser leurs mariages. Mme Kigeme a profité de cette occasion pour demander aux élus locaux de doubler l’effort pour  faire respecter les droits de l’enfant dans le foyer où il est né.  En ce qui lui concerne, Mme Kigeme a indiqué qu’elle a organisé souvent des réunions à l’intention des parents pour parler de la situation qui s’avérait inquiétante et a affirmé que c’était pour cette raison que les chiffres d’abandons se sont vus décroissants du premier au troisieme trimestre. Elle a enfin rappelé que l’Ecofo Cibitoke I compte 1883 élèves repartis dans douze salles.

Fiacre Nimbona (stagiaire)

Ouvrir