Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

API ET UBURUNDI BWACU> Atelier de formation à l’endroit de jeunes entrepreneurs

Pour renforcer leurs capacités

 

DSC 0010L'Agence de promotion des investissements (Api) en collaboration avec l'association «Uburundi bwacu » a organisé, le jeudi 6 juin 2019, un atelier sur l'entrepreneuriat à l'endroit de dix jeunes entrepreneurs qui ont subi une série de formations. L’objectif était de renforcer leurs capacités. 

 

Le chef de service  Réforme et développement du capital humain à l’Api, Serges Nsabimana, a indiqué que cet atelier sur l’entrepreneuriat est organisé pour renforcer les capacités de dix jeunes entrepreneurs qui ont présenté les meilleurs projets en 2018 et en 2019. Ceux-ci sont déjà formés en technique de rédaction des plans d’affaires bancables par l’Api en 2017 et 2018. Selon M. Nsabimana, ces jeunes seront exposés à huit compétences entrepreneuriales et, après la formation, ils seront capables de gérer leurs entreprises d’une manière efficace pour les développer. M. Nsabimana a signalé que la plupart de ces jeunes formés en technique de rédaction des plans d’affaires bancables avaient besoin d’un suivi pour la mise en œuvre de leurs idées. La plupart ont déjà formalisé leurs entreprises en les faisant enregistrer à l’Api et ont déjà à produire. Il a expliqué que cette formation va leur permettre d’acquérir les qualités de chef d’entreprise, d’améliorer la gestion de leurs entreprises et la qualité des produits, comment faire le marketing et la quête des marchés d’écoulement.M. Nsabimana fait savoir les menaces qui pèsent sur l’entreprise et l’entrepreneur lui-même notamment  lorsqu’il ne sait pas s’organiser et fixer les objectifs. Il a dit que le second défi est l’environnement de l’entreprise quand ce dernier influe négativement sur son apogée. Des entrepreneurs qui ont réussi leurs projets à partir du néant vont partager à ces jeunes leurs expériences afin de bien réussir leurs affaires et de ne pas tomber dans les mêmes difficultés qu’eux. M. Nsabimana a invité ces jeunes à s’approprier de leurs conseils pour que leurs projets soient couronnés de succès.«  La contrainte n’est pas l’argent. Si un jeune a un plan d’affaire bien élaboré, tout partenaire financier voit en lui une opportunité et l’appuie facilement », a rassuré M. Nsabimana. En conclusion, a-t-il dit, le gouvernement du Burundi va mettre en place une banque des jeunes pour juguler ce problème de financement.

EZECHIEL MISIGARO

Ouvrir