Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

BUJUMBURA CITY MARKET> Les prix des habits pour enfants à la veille de la fin du mois de ramadan

D’une façon générale les habits sont chers

 

DSCO 9888La fin du mois de ramadan est marquée par la fête de l’Aïd el-fitr. A l’occasion de cette fête, les musulmans se préparent en achetant des habits neufs surtout pour les enfants. Et les clients sont très nombreux, ce qui pousse certains vendeurs à spéculer. 

 

Lorsque le journal «  Le Renouveau » est passé au marché Bujumbura city market appelé communément «chez Sion», le lundi 3 juin 2019, il a constaté qu’il y a des musulmans qui se dirigeaient vers les stands des habits pour les préparatifs de cette fête. Du côté des vendeurs, ils sont aux aguets  pour accueillir les clients. Aussi, même les commerçants ambulants des habits étaient très nombreux. Ainsi, les  prix  des robes  pour les filles oscillent entre 30 000 et 50 000 FBu selon la qualité. Pour ces vendeurs, ces mêmes habits coûtaient entre 25 000 et 35 000 FBu il y a deux mois. Pour dire que les prix des habits  ont monté d’une façon remarquable. Pour les garçons, les habits s’achètent entre 25 000 FBu et 50 000 FBu selon la qualité.  A la question de savoir si ces habits ont monté de prix parce que c’est la fin du mois de ramadan, ils ont répondu que les prix ont augmenté progressivement suite à la  dévaluation de la monnaie. Mais comme le prix d’un habit ressort d’une discussion entre le client et le vendeur, on peut rencontrer deux personnes qui ont acheté le même habit avec des prix différents. Pour dire qu’il  y a des clients qui savent négocier par rapport aux autres.Et cela n’explique pas que les prix des habits ont été majorés à cause des fêtes.Un client rencontré sur le lieu a indiqué que, pour le moment, il s’observe des problèmes financiers au niveau des citoyens et les préparatifs ne sont pas comme les années passées.  Mais il a précisé que malgré cette situation financière, il y a des éléments qu’on ne peut pas ignorer  pour cette fête. Ce sont notamment les habits neufs pour les enfants et les femmes. Et il a indiqué que certains préfèrent les acheter avant au lieu d’attendre la dernière minute où certains vendeurs peuvent se cacher dernière la clientèle pour faire des spéculations. 

FIDES NDEREYIMANA

Ouvrir