Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Secteur informel de l’emploi> Le travail de commissionnaire

Il demande plus d’attention

 

IMG 112La rédaction du quotidien burundais d’informations «Le Renouveau» s’est entretenue, le jeudi 23 mai 2019, avec Magnifique Micomyero qui a fait savoir que le travail d’un commissionnaire est un travail comme tant d’autres mais qui présente beaucoup de risques du fait qu’il expose même à des poursuites pénales en cas de vente de biens ne remplissant pas les conditions. Il parle de la mesure prise par les commissionnaires pour éviter ces problèmes.  

 

Micomyero est un commissionnaire des véhicules, parcelles et autres biens à vendre. Il a fait savoir que le travail d’un commissionnaire est  comme tant d’autres mais qui a beaucoup de risques et qui demande beaucoup d’attention.Micomyero a fait savoir que, comme d’autres services, le travail d’un commissionnaire demande beaucoup d’efforts car il doit chercher des gens qui sont en possession des biens à vendre afin de lui confier la mission de vendre ces biens à un prix négocié. Parfois, il est payé en  fonction de pourcentage à hauteur de 5% de ce qu’il a vendu et cela de deux côtés ; c’est-à-dire, du côté du vendeur et de celui d’acheteur, ou bien le propriétaire des biens fixe un prix et laisse le commissionnaire vendre ces biens au prix de son choix négocié par l’acheteur. Dans ce cas, c’est l’acheteur seulement qui paie les 5% au commissionnaire. «Pour la vente de véhicules, nous nous convenons le prix avec le propriétaire du véhicule et la somme  est payée après avoir vendu son véhicule. Il arrive même des cas où le propriétaire du véhicule fixe le prix et laisse le commissionnaire de vendre ; dans ce cas il ne va pas payer les frais de commission, a dit Micomyero.M. Micomyero a indiqué que le travail d’un commissionnaire ne manque pas de problèmes. Le propriétaire du bien peut revendre le bien qu’il avait déjà vendu  ou le bien qui ne lui appartient pas. Dans cas, c’est le commissionnaire qui va être poursuivi en premier lieu, et s’ils n’arrivent pas à trouver le concerné, c’est bien lui qui va être traduit en justice. C’est pourquoi, avant de vendre les biens d’autrui, le commissionnaire doit s’assurer que le bien appartient réellement au vendeur et s’informer bien si le propriétaire ne veut pas revendre ce qu’il avait déjà vendu.Le travail d’un commissionnaire fait vivre maintenant beaucoup de gens même s’il présente des risques si quelqu’un ne le fait pas avec beaucoup d’attention.

Julien Nzambimana (Stagiaire)

Ouvrir