Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

PRODEMA-FA> Atelier national de validation du mécanisme de gestion des réclamations

Un système permettant de recueillir, régler et traiter les questions et les plaintes des personnes concernées par le projet

 

IMG 5610Le ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, à travers le projet de productivité et de développement des marchés agricoles-financement additionnel (Prodema-Fa), a organisé le vendredi 31 mai 2019, un atelier national de validation du Mécanisme de gestion des réclamations. Ce mécanisme est un système permettant de recueillir, régler et traiter les questions et les plaintes des personnes concernées par le projet.   

 

Dans son discours, le directeur général des Ressources au ministère en charge de l’environnement, Lasar Nsaguye a indiqué que le mécanisme de gestion des réclamations est un système permettant de recueillir, régler et traiter les questions et les plaintes des personnes concernées par le projet et aussi d’exploiter la retro-information provenant des tiers pour améliorer les produits et les activités. Pour Antoinette Macumi, les mesures de sauvegarde environnementale et sociale au Prodema-Fa,  est que le projet Prodema, phase initial avait initié les activités d’amélioration de la productivité agricole et il y a eu augmentation de la productivité agricole et même des pertes au niveau  des récoltes. C’est ainsi qu’on a motivé pour avoir la phase additionnelle Prodema-Fa pour aider les communautés à gérer  les récoltes pour ce qui est de la transformation post récolte et pour aussi la conservation au niveau de la filière fruits légumes notamment. Et d’ajouter que le projet travaille dans onze provinces du pays.Mme Macumi a souligné que le mécanisme de gestion des réclamations vient prévenir les problèmes qui pourraient surgir lors de la mise en œuvre et même tout au long du cycle du projet. « On doit veiller à ce qu’il n’y ait pas de plaintes qui peuvent entraver les objectifs du projet », a-t-elle expliqué avant d’ajouter que c’est également une obligation de la Banque mondiale qui finance ce projet parce que depuis la fin de l’année 2018, tous les projets élaborés et financés par la Banque mondiale sont régis par un nouveau cadre environnemental et social. Elle a enfin signalé que ce nouveau cadre donne comme exigence  aux projets qui sont financés par la Banque mondiale, l’élaboration d’un mécanisme de gestion des réclamations. 

Emelyne Iradukunda

Ouvrir