Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

COMMUNE SHOMBO> Activités génératrice de revenus, aux alentours du chef-lieu de la commune

Il s’agit du petit commerce qui se fait généralement l’après-midi

 000000aaa123Shombo est l’une des communes de la province de Karusi dont la majorité des habitants vivent de l’agriculture. Mais  ceux des environs exercent d’autres activités secondaires en plus de celles qui sont liées à l’agriculture, de façon à contribuer à satisfaire les besoins familiaux. Ces activités concernent le petit commerce et se font souvent l’après-midi. 

Toutes ces activités se font près du chef lieu de la commune du fait qu’il s’agit d’un endroit où se rencontrent beaucoup de gens. Il s’agit donc de la vente de différentes denrées alimentaires  souvent exercées par les femmes agricultrices. Aussi, on y trouve des boutiques et des cabarets. Certains propriétaires de ces derniers qui se sont entretenus avec la rédaction du quotidien d’information Le Renouveau ont affirmé qu’ils commencent par les travaux champêtres avant de s’adonner aux activités secondaires.Mélanie Banyankimbona, une femme rencontrée à cet endroit en train de vendre des tomates et des légumes a signalé qu’il s’agit de son activité quotidienne et qu’elle en tire un grand profit. Elle a fait savoir qu’elle est agricultrice mais que pour trouver du sel et de l’huile quotidiennement, elle doit recourir à ce petit commerce. Des fois, Mme Banyankimbona vend les tomates et les légumes cueillis dans ses champs et il arrive même qu’elle les achète chez d’autres agriculteurs, pour ne pas perdre sa clientèle.

Ces explications ne s’écartent pas de celles de Pélagie Niyonkuru qui vend des arachides grillées et cuites. Cette dernière précise que son activité contribue   à la satisfaction des besoins familiaux. Elle ajoute qu’elle le fait  l’après-midi parce que d’abord, elle  commence par travailler dans les champs.Non seulement les femmes, mais les  hommes agriculteurs de cette localité exercent aussi différentes activités en plus des travaux des champs. Certains sont des  barmen  ou des  boutiquiers.  Dieudonné Nkunzimana, boutiquier, fait savoir qu’il ouvre chaque jour à 15 heures après les travaux des champs. Il souligne aussi l’importance capitale de cette activité. Vous saurez que d’autres  activités comme la réparation des motos et des vélos ainsi que la menuiserie s’observent à cet endroit, de manière ininterrompue.

Eric Sabumukama

Ouvrir