Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ENTRETIEN> Une enquête sur la mise en application du code d’investissement

Dans le souci de transparence et de redevabilité

0000000119L’Agence de promotion de l’investissement (API) a mené une enquête afin d’évaluer la mise en application du Code d’investissement surtout pour l’année 2017. Cette enquête  a été effectuée dans le souci de transparence et de redevabilité.

Le directeur de l’API, Léonard Sentore a fait savoir que si le gouvernement accorde des exonérations à des entreprises, il attend en retour des avantages en termes de la création d’emplois et le payement des impôts et taxes. Cela dans l’optique de contribuer à la croissance économique du pays.  M. Sentore a indiqué que depuis la création de cette agence 356 projets ont bénéficié de l’exonération. Pour l’année 2017 qui est concerné par cette enquête, les projets qui ont bénéficié de l’exonération sont au nombre de 24. Il a précisé que beaucoup de ces projets exercent leurs activités dans la mairie de Bujumbura, à hauteur de 70 %. Et il a souligné que cela semble normal, du fait que Bujumbura est la capitale économique du pays.

Mais il a souligné qu’il y a d’autres projets qui se sont implantés à l’intérieur du pays, notamment, dans les provinces de Gitega, Ngozi, Muramvya, Muyinga, etc. Il a indiqué que les exonérations qui sont destinés aux projets d’investissement sont entre 10 et 15 % du total des exonérations. Concernant les impôts et droits douaniers, il a précisé que le constat a été que ces projets paient régulièrement les impôts et les droits de douane.  Car, les projets bénéficient des exonérations au début mais dès qu’ils finissent l’investissement, ils commencent  à payer les impôts et les droits de douane.    

M. Sentore a indiqué que pour l’indicateur de déclaration des employés au niveau de l’INSS, l’API a constaté que les employés  sont déclarés mais le problème réside sur le paiement de l’impôt sur le revenu (IPR). Il a précisé que l’API a constaté que peu d’employés payent l’IPR. Et cela montre que plusieurs projets paient des salaires inférieurs au plafond exigé pour payer l’IPR. C’est pourquoi, le directeur de l’API a pris l’occasion pour conseiller aux entreprises de payer des salaires décents à leurs employés pour que ces derniers puissent payer des impôts sur le revenu. 

Fidès NDEREYIMANA

Ouvrir