Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

FISCALITE> Paiement électronique des droits de douane et taxes

L’OBR a marqué un pas de plus vers la performance et la facilitation des affaires

 

IMG 1112L’Office burundais des recettes (OBR) s’est doté d’un nouvel instrument de paiement électronique des droits de douane et taxes. Cet instrument  permet de réduire les délais de dédouanement, le risque de falsification des quittances ainsi que la minoration des valeurs des marchandises à dédouaner. 

 

Avec la mise en place du paiement électronique des droits et taxes douaniers, l’OBR a marqué un pas de plus vers la performance et la facilitation des affaires. Selon le chargé de la communication et des services aux contribuables à l’OBR, Stany Ngendakumana, le paiement électronique est l’une des composantes du projet d’amélioration des fonctionnalités d’Asycuda et  du Guichet unique électronique en cours d’exécution à l’OBR. Cette fonctionnalité  porte sur l’opérationnalisation du paiement électronique et consiste en un échange d’informations entre les banques (Finbank pour le moment) et l’OBR sur les paiements des déclarations douanières effectués dans les banques. 

L’OBR a créé des procédures de paiement

M. Ngendakumana, explique que le client, par le biais de l’agence en douane, saisi sa déclaration dans le système Asycuda Word et la liquide. Après liquidation, un code d’enregistrement lui est envoyé. Le code d’enregistrement est une clé qui permet d’identifier la déclaration de manière unique. Il est composé par quatre champs à savoir le code bureau, l’année, la série d’enregistrement et un numéro. Ces informations se trouvent sur la version imprimée de la déclaration que l’usager présente à la banque. Le client se présente à la banque (physiquement ou électroniquement) puis fournit le code d’enregistrement de la déclaration qu’il a effectuée dans Asycuda. Le système de la banque contacte la plate-forme de l’OBR pour vérifier la validité de la déclaration à effectuer et éventuellement le montant de la transaction. Le contribuable paye à la banque par n’importe quel moyen qu’elle lui offre (Internet, virement, versement en espèce, etc.). La Banque informe le client du succès du paiement et lui remet une quittance au format OBR.

Les avantages sont nombreux

Stany Ngendakumana fait savoir que le client gagne du temps. « Un contribuable, par le biais d’agence en douane, n’a plus à perdre du temps en allant chercher une quittance auprès de l’administration fiscale puisque son paiement sera vu en temps réel par cette dernière ». Ensuite, il gagne du coût. « Plus de va-et-vient entre la banque et l’administration fiscale », précise-t-il. Et enfin, il n’y a plus de falsification de document.
La mission essentielle de l’OBRest l’optimisation des recettesLe chargé de la communication souligne que la mission essentielle de l’OBR est l’optimisation des recettes tout en offrant un service de qualité dans la rapidité et la transparence.       « L’optimisation des recettes pour le Trésor public ne saurait être atteinte sans l’appui des technologies adaptées permettant  la sécurisation des recettes collectées dans l’esprit de lutter  contre la fraude et la corruption ». « L’échange des informations sécurisées reste donc un pari entre les départements de l’OBR,d’une part, et entre l’OBR et ses partenaires, d’autre part. Cette nouvelle  technologie de paiement électronique des droits et taxes de douane s’inscrit dans ce cadre-là et vient compléter d’autres efforts de l’OBR dans la facilitation du travail des contribuables », poursuit M. Ngendakumana. Ce dernier cite la déclaration électronique des droits et taxes en douane par des agences en douane via le logiciel Asycuda world, ainsi que le paiement des impôts et taxes à travers les opérateurs de téléphonie mobile.

« Plus de fil d’attente interminable » 

Les contribuables se réjouissent de ce nouvel outil mis en place par l’OBR. D’après Magnus Niyonzima, propriétaire d’un magasin des matériaux de construction au march « Buyenzi city market », il n’est plus nécessaire de se rendre au bureau de l’OBR pour payer les impôts. « Actuellement, je paie les impôts de l’OBR via le paiement électronique. Je ne perds plus de temps grâce à cette nouvelle technologie. Ainsi, plus de fil d’attente interminable ».   Grace au système  de paiement électronique des droits de douane et taxes,  le service rendu aux contribuables sera amélioré ; la rentrée des recettes va augmenter et le gouvernement du Burundi pourra accomplir plus de projet de développement au profit des citoyens et des habitants de son pays.

Eric Mbazumutima

Ouvrir