Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Zone Buterere>Entretien avec une femme qui fait le métier de taxi vélo

Elle n’éprouve pas de difficultés particulières

 

Le métier de taxi vélo est habituellement pratiqué par les hommes. Mais, pour le moment, certaines femmes pratiquent ce métier même si certaines gens les considèrent comme des déviantes. 

 

Dans un entretien avec Hyacinthe Nkorerimana, une femme qui pratique le taxi vélo au quartier Kiyange de la zone Buterere, elle a fait savoir qu’elle fait ce métier depuis trois ans. Quand elle a commencé ce métier, beaucoup de gens ne la comprenaient pas. Même son mari a voulu l’empêcher de pratiquer ce métier. C’est d’ailleurs la source de mésentente dans son foyer. Ce qui a conduit à la séparation avec son mari. Ce dernier voulait que la femme reste à la maison alors que le mari ne parvenait pas à lui donner tout ce dont elle avait besoin.  Dans les premiers moments, beaucoup d’autres femmes ne la comprenaient pas. Elles disaient que ce métier n’honore pas les femmes car elle reste seule avec beaucoup d’hommes. Concernant le métier en soi, Mme Nkorerimana a fait savoir qu’elle n’éprouve pas de difficultés particulières. Mais, il y a quelques clients qui hésitent à prendre son taxi vélo en pensant qu’elle n’est pas capable de rouler vite comme les hommes. C’est un travail fatiguant mais qui génère des revenus. Sur son point de stationnement, elle n’éprouve pas de problèmes avec ses collègues masculins. Mme Nkorerimana a indiqué que grâce à ce métier, elle parvient à satisfaire ses besoins. Comme elle a un enfant de dix ans qui étudie en troisième année primaire, elle parvient à prendre en charge sa scolarité. Avec l’argent qu’elle gagne, elle parvient aussi à satisfaire tous les besoins fondamentaux de sa famille. Mme Nkorerimana a demandé aux autres femmes de ne rien négliger. Une femme qui n’a pas de handicap physique ni mental peut exercer tout métier qui génère des revenus. Au lieu de s’adonner à la prostitution, ou à la mendicité, les femmes qui n’ont pas de revenus réguliers pourraient exercer différents métiers. 

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir