Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

BOULEVARD DU 28 NOVEMBRE> Dysfonctionnement de l’éclairage public

Profitant de l’obscurité, les bandits y règnent en maîtres

 

DSC 1212Le dysfonctionnement ou l’absence d’éclairage public constitue un défi majeur pour la sécurité des passants, pour certaines voies, en mairie de Bujumbura. Sur le boulevard du 28 novembre, le disfonctionnement,  pour ne pas dire l’absence d’éclairage public fait que les bandits, profitant de l’obscurité, y règnent en maîtres.

 

Nous sommes le lundi 1er avril 2019, vers  21h, les étudiants externes qui font leur étude le soir  dans les enceintes du campus Mutanga regagnent leur maison d’habitation en groupe. Hélas, le constat est que si vous n’êtes pas de leur groupe, impossible d’aller ensemble avec eux, ils ont peur d’être volés. Ferdinand Nduwimana, un de ces étudiants, a fait savoir que l’obscurité qui s’y observe fait qu’il y ait des bandits qui volent les passants. « Si tu passes ici étant seul, tu dois marcher au milieu de la route, sinon il y a des gens qui viennent comme quoi vous prenez la même direction et qui te poignardent et te volent tout ce que tu as », a-t-il indiqué.La population de Mutanga sud précise que le manque d’éclairage  public sur cette route est parmi les causes de l’insécurité grandissante et des cas de vol dans cet endroit. Pour cette raison, Ferdinand Nduwimana demande qu’il y ait de l’éclairage public et que les policiers fassent des patrouilles, car « n’eût été la présence des policiers sur le pont Ntahangwa, ce lieu serait difficilement accessible, surtout pendant la nuit ». Contacté à ce sujet, Fulgence Sindayihebura, chef de zone Rohero, confirme qu’il s’agit d’un dysfonctionnement d’éclairage public qui serait dû à une panne, mais il a promis de transmettre cette question à ses autorités hiérarchiques. Il admet qu’ils sont au courant de ces cas de vol, indiquant que la police est la mieux placée pour répondre à toute question sécuritaire. Les informations recueillies  pointent du doigt  certains étudiants qui seraient parmi ces  voleurs. Cela a été confirmé aussi par le chef de zone Rohero compte tenu du rapport  des habitants de cette zone. « Tous les trois voleurs qui ont été dernièrement appréhendés étaient des étudiants. Un interne et deux externes qui vivaient à Bwiza », a-t-il précisé.
 

Moïse Nkurunziza (stagiaire)

Ouvrir