Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

PROJET MERANKABANDI> Café de presse sur la présentation de la mise en œuvre de ses activités

Le pas déjà franchi est satisfaisant

 

DSC00938Le coordinateur du projet d’appui aux filets sociaux « Merankabandi » a organisé, le jeudi 4 avril 2019, un café de presse portant sur la présentation de l’état de la mise en œuvre de ses activités, ses défis et ses perspectives après dix-huit mois d’exécution.  Le coordinateur, Michel Nyabenda, dit qu’il est satisfait du pas déjà franchi dans la mise en œuvre de ce projet. 

 

Le projet Merankabandi est un projet du gouvernement qui effectue des transferts monétaires réguliers aux ménages les plus démunis grâce à un don   de 40 millions de dollars américains offert par l’Association internationale pour le développement (Ida). M. Nyabenda a fait savoir que l’objectif de ce projet est de fournir des transferts monétaires réguliers aux ménages ciblés qui vivent en situation d’extrême pauvreté et de vulnérabilité et qui ont au moins un enfant de douze ans au plus. Le projet couvre 247 collines réparties dans 16 communes choisies dans quatre provinces qui sont Ruyigi, Karusi, Gitega et Kirundo. A ce sujet, les journalistes ont voulu savoir les critères de choix de ces provinces. Le coordinateur du projet Merankabandi a répondu que ces provinces ont été sélectionnées sur base des critères combinés de taux de pauvreté extrême et de malnutrition chronique. Il a indiqué que, dans l’exécution de ce  projet, on a adopté une stratégie de phasage. La première phase consistait à organiser les transferts monétaires dans une  seule province, c'est-à-dire la province de Ruyigi avec une seule commune et un nombre limité de ménages. Dans cette phase, il y avait une autre petite phase qui est celle d’organiser les transferts monétaires dans trois autres communes de cette province. Car les communes de cette province concernées par ce projet sont au nombre de quatre. La deuxième phase concernait les communes des trois autres provinces qui restent. Il a précisé que l’objectif de cette stratégie de phasage était de se donner du temps pour tester les procédures de la mise en œuvre de ce projet. Cela pour tirer des leçons et ajuster pour le reste des communes, si c’est nécessaire.M. Nyabenda a souligné que le premier défi rencontré dans ce projet a été la sélection des ménages les plus vulnérables parmi les vulnérables. Il a néanmoins précisé que c’est un sentiment de satisfaction car ils ont réussi à cibler des ménages les plus vulnérables dans ces localités. Les erreurs qui ont été constatées sont minimes.   

Fidès Ndereyimana

Ouvrir