Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Lutte contre le chomage> Entretien avec un vendeur d’articles de beauté

« Grâce à mon métier, je parviens à satisfaire mes besoins »

 

IMG 2019Beaucoup de jeunes ne parviennent plus à trouver du travail après les études car l’Etat ne peut plus les employer tous. Bien que la situation soit ainsi, il existe des jeunes braves, qui, au lieu de croiser les bras, choisissent de se lancer dans le petit commerce. M.D. est un de ces jeunes courageux que la rédaction du quotidien Le Renouveau a rencontré le mercredi 27 mars 2019, à l’endroit appelé Plaza en train de vendre des produits de beauté. 

 

« Après mes études, je n’ai pas pu trouver du travail immédiatement, mais, je n’ai pas croisé les bras. J’ai pensé à me créer un petit commerce qui me permettra de survenir à mes besoins. Pour faire face au chômage, du coup, j’ai commencé à vendre les produits de beauté, maintenant ça fait quatre ans que j’exerce ce métier. Les produits de beauté que je vends sont de plusieurs sortes : les vernis à ongles, les crèmes pour la peau, les rouges à lèvres, les fonds de teint .... Actuellement, grâce à mon métier, je suis capable de me procurer de quoi manger et satisfaire mes besoins » raconte M.D.Concernant les obstacles à son métier, M.D. indique qu’il n’y a pas de métier sans entraves et que les difficultés ne peuvent pas manquer. Selon, M.D., les obstacles qu’il rencontre,sont généralement liés au manque de devises. « Comme ces produits viennent de l’extérieur du pays, il devient difficile de m’en procurer quand je n’ai pas assez de devises », révèle l’interlocuteur. Une autre difficulté que je rencontre est  que ça peut arriver que les clients me  retournent les articles  qu’ils avaient  déjà  achetés et cela me mène à travailler à  perte,  ajoute-t-il. Toutefois, malgré une grande concurrence, M.D. parvient à vendre et avoir un bénéfice satisfaisant. Il  fait savoir que les clients sont diversifiés mais que la plupart d’entre eux sont des filles.M.D. invite les autres jeunes à ne pas se laisser emporter par le chômage, par la délinquance ou d’autres mauvais comportement mais, plutôt, à être créatifs et courageux afin d’être utiles à eux-mêmes, aux leurs ainsi qu’à la société.

Joy Kamariyagwe (stagiaire)

Ouvrir