Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Enseignement > Les examens du deuxième trimestre

Leur déroulement se trouve sur de bons rails

 

DSC00758Dans toutes les écoles du pays, les élèves sont en pleine période d’examens. Dans différents établissements de la municipalité de Bujumbura par où le quotidien burundais d’information, Le Renouveau est passé, leur déroulement va bon train. Aucun problème majeur n’est signalé.  

 

A la première journée des examens proprement-dits dans les écoles publiques du Burundi, la rédaction du quotidien burundais d’information, Le Renouveau, est passée dans certains établissements scolaires de la municipalité de Bujumbura. Le but de la visite était de se rendre compte du déroulement des examens du deuxième trimestre et des difficultés éventuels rencontrés dans l’organisation de ces examens.Si l’on se limite au lycée municipal Nyakabiga, la rédaction a trouvé les élèves en train de passer normalement leurs examens. Comme il a été constaté et selon les informations recueillies sur place,  le calendrier scolaire a été respecté. La directrice de l’établissement, Chantal Keza, a indiqué que selon le calendrier scolaire, les examens de ce deuxième trimestre devraient commencer le 1er avril et se terminer le 12 de ce même mois au moment où la proclamation des résultats est prévue pour le 19 avril 2019. Mme Keza a indiqué que les examens se déroulent biens car ils ont été suffisamment préparés. « Je tiens à informer que les examens se déroulent mieux à notre établissement car nous nous y sommes bien préparés. Nous avons disponibilisé tout le nécessaire pour la bonne passation des examens. Les copies sont suffisantes de même que les surveillants», a-t-elle indiqué. La directrice de cette établissement a ajouté que pour la bonne marche des activités liées à ces examens, on commence les examens à 8h pour terminer à midi et que chaque série d’examen dure deux heures, sauf si le titulaire du cours a précisé la durée de l’épreuve. Cela dans le but d’éviter des lamentations de la part des élèves qui diraient qu’ils n’ont pas eu suffisamment de temps.

La tricherie n’est pas possible

Selon Claude Ndayishimiye, qui assurait la surveillance, des stratégies ont été prises pours éviter la tricherie. « Malgré les effectifs pléthoriques, les tricheries ne sont pas faciles. Dans le rangement des élèves dans les salles de passation des examens, deux élèves de la même classe ne s’asseyent pas sur le même banc- pupitre et ne se suivent pas.  En plus de cela, la surveillance est rigoureuse et, pour éviter toute tentative de tricherie à l’aide des documents, les copies d’examens sont cachetés », a-t-il fait savoir.Vous saurez que la seule difficulté commune rencontrée ce premier jour est celui du retard du début des examens dû au rangement des élèves dans les locaux de passation d’examens.

Donathe Ndayisenga (stagiaire)

Ouvrir