Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

DECORTICAGE> L’utilité d’une administration décentralisée

Permettre de créer localement des projets de développement

 

Le développement des communes et des collectivités locales se font par la mise en place d’une politique nationale de décentralisation. Cette politique permet aux autorités communales de prendre l’initiative de créer des projets visant à améliorer le niveau de la population locale. Pour assurer la réussite de cette politique, il faut relever quelques défis qui peuvent entraver le processus. C’est pour cela qu’il faut trouver des mécanismes de promotion de la gouvernance locale  de qualité, et de disposer des ressources humaines très performantes afin d’avoir une administration communale solide. Cela aura pour effet le développement intégral du pays en général et celui des communes en particulier. 

 

Dans une interview nous accordée par le directeur général de l’Administration du territoire au ministère de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local en rapport avec l’état des lieux de la décentralisation des communes au Burundi, Thérence Mbonabuca souligne que le processus connaît des avancées significatives malgré quelques défis qui restent à relever.Selon M. Mbonabuca, pour développer le pays d’une manière générale, la décentralisation est incontournable. Celle-ci  permet en effet de mener une politique de proximité envers la population et dans tous les domaines de la vie de la localité. Pour bien mener la réforme, quelques conditionnalités sont exigées. Il s’agit notamment de renforcer la performance au niveau de l’administration, de la répartition des financements ainsi que d’assurer une gestion transparente. Il faut également le renforcement de la sécurité sur tout le territoire par la mise en place de la police de proximité.

Emergence des modes de gouvernance plus démocratiques

Depuis les élections de 1961 qui ont été organisées dans notre pays, et qui ont contribué à l’indépendance du pays, le Burundi a connu plusieurs réformes au niveau administratif, c’est-à-dire depuis juillet 1962 jusqu’au retour de la démocratie en juin 1993, en passant par les différents gouvernements issus des coups d’Etat militaires qui se sont succédé de 1966 à 1993. Il en est de même de la période de la longue crise déclenchée en octobre 1993 à aujourd’hui avec encore une fois le retour de la démocratie en 2005.M. Mbonabuca est persuadé que dans un système de gouvernance démocratique, la décentralisation est plus susceptible de faire émerger des modes de gouvernance plus démocratiques. Ce système politique implique la propagation du multipartisme qui crée une demande pour une plus grande participation dans la prise des décisions de la part des différentes couches de la société. Aussi, la décentralisation est une composante essentielle de la démocratisation. Et pour preuve, la décentralisation favorise le transfert des pouvoirs en faveur des communautés au niveau collinaire et communal. Selon M. Mbonabuca, l’administration collinaire est ainsi très proche des populations. Ce qui impacte positivement sur les actions de développement menées par les mêmes populations. Le directeur général de l’Administration du territoire montre que par le passé, le système de gouvernance politique et économique au Burundi dépendait du gouvernement central. Ce qui avait par conséquent entraîné une politique de deux poids deux mesures en matière de développement dans différentes régions du pays. Actuellement, avec la mise en place du Fonds national d’investissement communal (Fonic) par exemple, toutes les communes du pays reçoivent un paquet égal destiné à contribuer dans leur développement, à savoir une somme de cinq cent millions de francs burundais. Toutefois, ces fonds sont orientés selon les besoins de chaque commune. Par cette initiative du gouvernement, on présume que les citoyens contribueront plus facilement au financement des activités élaborées et mises en œuvre au niveau local.En outre, les décisions de dépenses publiques prises au niveau de l’administration le plus proche de la population ont plus de chances de refléter la demande réelle de services publics que celles prises par l’administration centrale. A travers la politique de décentralisation, les populations sont consentantes à payer pour des services en adéquation avec leurs priorités, surtout lorsqu’elles ont été associées dans la prise de décision. L’émergence d’une démocratie fondée sur l’administration à la base et le développement local comme moyens de lutte contre la pauvreté sont désormais les deux principaux enjeux de la décentralisation. De ce fait, la décentralisation instaure la compétition entre les administratifs. Ce qui fait que le ministère de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement communal ne doit qu’assurer un suivi et une évaluation de l’utilisation des fonds alloués et versés aux communes.

Des défis restent à relever pour une décentralisation réussie

Déo Ntakirutimana est membre du comité de surveillance au sein de I’Initiative et changement Burundi. Il indique que même si la décentralisation connaît une avancée très remarquable dans notre pays, des défis restent à relever. Il fait notamment allusion à l’état d’avancement de la décentralisation des communes urbaines de la mairie de Bujumbura. Il note l’absence d’un cadre juridique délimitant de manière claire et précise les responsabilités de chaque échelon administratif. Ce qui peut, à coup sûr, poser des conflits de compétence et partant conduire à des situations de blocage défavorables au bon fonctionnement de l’administration communale et nuire à la fluidité des affaires. Par conséquent, l’implémentation d’un cadre juridique de qualité est un défi de taille à relever pour réussir la politique de décentralisation en mairie de Bujumbura. Il rappelle que la décentralisation est fondée sur le fameux principe de subsidiarité. Il s’agit d’une part  de la prise de décision et de l’autre part de la mise en œuvre des politiques. Tous ces deux aspects doivent être attribués à l’échelon administratif le plus bas pour assurer une décentralisation effective.Selon toujours M. Ntakirutimana, la décentralisation présente l’avantage de révéler les préférences de chaque individu dans le choix fiscal et du bien public. Elle permet d’expérimenter et de rechercher de meilleures politiques ainsi que de réduire le pouvoir confiscatoire de l’Etat central. Pour surmonter ce défi, cela nécessite un capital humain de qualité. Or, on remarque qu’il existe quelques communes qui sont administrées par des gens incompétents, raison pour laquelle, les conseillers communaux de certaines communes se réunissent souvent pour destituer les administrateurs. Sous un autre angle, le peu de compétences disponibles sont très mal réparties géographiquement. Cela est prouvé par le fait que les centres de décision se concentrent dans les centres urbains où se trouve un bon nombre de fonctionnaires alors que dans les collines, il existe des administratifs non instruits qui mènent une administration précaire.

La police de proximité renforce la décentralisation politique et sécuritaire

Selon Pierre Nkurikiye, le porte-parole de la Police nationale, l’intégration de tous les groupes qui étaient en conflit sociopolitique au sein de la Police nationale a consolidé la paix et l’unité dans notre société. Depuis les réformes introduites au sein de la police, il y a quelques années, force est de constater le rôle crucial joué par cette institution dans les différentes couches de la société burundaise. Sans verser dans la plaidoirie pro domo, Pierre Nkurikiye indique, en effet, que dans la structure actuelle de l’évolution sociale, la police constitue le pilier indispensable à la survie d’une société qui se veut démocratique dans son fonctionnement.  Pour le porte-parole de la Police, celle-ci apporte sa contribution réelle à la qualité de vie de tous les jours. Par ses actions et ses tactiques, elle tente de tenir les phénomènes, qui peuvent s’avérer nuisibles, dans les limites du maitrisable afin de sauvegarder aussi parfaitement que possible la qualité de la vie, de l’environnement, de l’habitat, du travail et des loisirs. Partout où la police est organisée en permanence, elle est également le refuge ultime de ceux qui se trouvent dans une situation de crise et de ceux qui sollicitent une aide quelconque. Prenant le pas sur toutes les autres considérations techniques et tactiques, l’une des missions les plus essentielles d’un service de police est d’assurer une intervention rapide et professionnelle dès l’instant où la population la sollicite. C’est à ce niveau que se situe la nécessité d’une présence policière sur toutes les strates administratives. Il souligne qu’une intervention de la police sous le signe du professionnalisme crée la confiance de la population envers l’institution.Eric Nkurunziza, le chef de la zone urbaine de Nyakabiga, quant à lui, fait savoir que la police de proximité contribue au rétablissement de l’ordre surtout dans des moments de crise. Avec son arsenal de moyens, de méthodes et de tactiques dans les sphères de la prévention, de l’intervention, de la proximité, de la recherche et de l’assistance aux victimes, une unité de police installée dans n’importe quel coin du pays apporte sa contribution à l’ordre social avec bien évidemment l’appui du public. Eric Nkurunziza insiste sur la nécessité de collaborer avec la population locale. Car, si  une fois la police perd sa crédibilité de la part des citoyens locaux, elle agit dans le vide puisqu’elle n’est plus ancrée dans le milieu social. Sans la confiance ni le soutien de la communauté locale envers la Police, la maîtrise de la criminalité s’apparente à un coup d’épée dans l’eau. Le chef de la zone urbaine de Nyakabiga conseille aux policiers d’être à l’écoute des nécessiteux, de prendre des mesures de nature à sensibiliser la population au sujet de l’action policière et de son efficacité. Il est primordial que le public puisse s’assurer, en toute ouverture, du fonctionnement des mécanismes policiers et judiciaires.                                                                                    
Appolinaire Nimubona                                                                                   

Service Rédaction                                                                                           

Direction de la Documentation           
.

Ouvrir