Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

PROVINCE DE MUYINGA> Réunion sur le respect de la loi en matière d’exploitation des mines

«Le périmètre d’exploitation industrielle ne fait jamais l’objet d’exploitation artisanale»

 

DSC06620Cinq ministères, à savoir celui de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local, celui de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines, celui de la Justice, de la protection civique et garde des sceaux, celui de la Défense nationale et des anciens combattants, celui de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes ont animé une réunion conjointe à l’intention des exploitants des mines en commune Butihinda de la province de Muyinga le mercredi 27 février 2019. Le but de cette réunion était d’assainir la cohabitation entre la population de cette localité et la société concessionnaire du périmètre de Masaka. 

 

Les ministres et représentants des cinq ministères qui ont participé à la réunion avec les exploitants des mines ont, à tour de rôle expliqué à la population la primauté de l’intérêt public sur l’intérêt privé. Le ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza a expliqué comment la société Africa mining Burundi a obtenu le permis d’exploitation du gisement d’or dans le périmètre de Masaka. Il a indiqué que le périmètre de Muhwazi de 772 km2 était initialement confié à la société Flemish investments et que cette dernière s’est désistée pour des raisons indépendantes de la volonté du gouvernement du Burundi. « C’est par après que la société Africa mining limited a demandé un périmètre dans le périmètre de Muhwazi. La société a pu avoir 148 km2 comme périmètre de recherche. Après ses recherches, la société a pu montrer des études de faisabilité  sur un périmètre de 42 km2, on le lui a accordé comme périmètre d’exploitation. Conformément à la réglementation en vigueur, que ce soit au niveau du Code minier ou du règlement minier, le périmètre d’exploitation ne fait jamais l’objet d’exploitation artisanale. Seul le périmètre de recherche peut faire objet d’exploitation artisanale», a-t-il dit.

La compétition vers le développement doit être légale

Le ministre Manirakiza a expliqué à la population que toute coopérative d’exploitation artisanale qui veut travailler ne peut  demander et avoir l’autorisation que sur un périmètre de recherche et non dans un périmètre d’exploitation. Il a souligné que tous ceux qui exploitent même le sable et le moellon sans autorisation travaillent illégalement et volent l’Etat du Burundi. «Au mois d’octobre 2018, le Conseil national de sécurité a suspendu les travaux d’exploitation sur toute l’étendue du pays afin d’instaurer de l’ordre dans ce secteur. Il est regrettable que les exploitants d’une seule province ne veulent pas se conformer à la loi mais, cette situation doit être remédiée», a-t-il dit. Le ministre ayant le développement local  dans ses attributions et parrain de la province de Muyinga, Pascal Barandagiye a fait savoir que son souhait est que cette entité se classe bien dans le développement. Il rappelé que le développement est une compétition mais qu'elle doit être légale. Il a souligné que le développement commun doit primer sur les intérêts d'un individu. Selon lui, l'Etat en coordonnant le gisement minier, veut mieux orienter les gains dans le développement national et ainsi tout Burundais pourra en bénéficier. Il a fait savoir qu'on va surveiller si ceux qui sont en train d'exploiter les mines le font conformément à la loi. Il a demandé à l’autorité locale d’y veiller, surtout en cette période qui nourapproche de plus en plus des élections et qu’il y a des gens qui peuvent créer de faux prétextes pour perturber cette période cruciale pour la vie du pays. Il a invité les exploitants à rompre avec l’égoïsme car, ces mesures sont prises pour le bien de toute la communauté. Il a souligné que celui qui désormais n’observera pas cette mesure du gouvernement sera qualifié de récalcitrant et en subira les conséquences. Le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, Emmanuel Ntahomvukiye a souligné que le but de cette visite conjointe de cinq ministères dans ladite province est de ramener à la raison la population de cette localité afin qu’elle respecte les lois initiées par les élus du peuple. Il leur a rappelé les projets de développement, notamment, les routes, les infrastructures sanitaires, les écoles. qu’on peut réaliser grâce à des taxes générées par les mines si l’exploitation est faite légalement. Il a déploré, néanmoins, que les différentes réunions qui ont été organisées sur l’exploitation des mines montrent que cette localité ne respecte pas la loi. Il a souligné que c’est un dernier avertissement émanant du gouvernement et que chaque acteur va jouer pleinement son rôle pour faire respecter la loi. Il a également averti ceux qui ne veulent pas adhérer de gré à ce programme du gouvernement que son ministère ne va pas les laisser perturber l’ordre national.    Le secrétaire permanent au ministère de la Sécurité publique et gestion des catastrophes, le CPP André Ndayambaje a indiqué que le respect d’une loi en vigueur est un devoir de toute personne. Selon lui, même un étranger a le devoir de respecter les lois du pays hôte et un citoyen devrait adhérer aux lois plus facilement. Il a fait savoir que le gouvernement a tous les prérogatives de maîtriser les récalcitrants et qu’on ne devrait pas en arriver là pour cette province étant donné que toutes les autres personnes sont régroupées en coopératives. Le procureur général de la République, Sylvstre Nyandwi, qui réprésentait le ministre en charge de la justice, a conseillé à la population de Muyinga de ne pas faire la sourde oreille jusqu’à obliger la justice à intervenir. Il a demandé au procureur provincial de collaborer avec les agents de la sécurité pour arrêter quiconque entravera la loi en empêchant la société concessionnaire de vaquer à ses travaux pour que justice soit rendue.     

Doléances de la population

Les différents exploitants qui ont pris la parole ont demandé que le Gouvernement leur accorde un délai afin qu'ils se préparent moralement et cherchent d'autres moyens de survie. Ils ont tranquillisé les délégués du Gouvernement que l'idée de se soulever contre le Gouvernement n'a jamais effleuré leurs esprits mais que le sevrage pour un enfant est toujours  douloureux et que le Gouvernement devait en prendre compte. Réagissant aux propos des intervenants, le ministre Manirakiza a expliqué que cette rencontre constitue une mesure préventive car, une association des exploitants a écrit une lettre mettant en garde le Gouvernement que cette localité peut connaître des violences, des manifestations et même des tueries si le Gouvernement ne fait pas attention. Toutefois, il a félicité les participants à cette réunion car, toutes les interventions ont pu mettre loin tout acte qui pourrait nuire à la sécurité. Il a insisté sur l’intérêt de l’exploitation industrielle de l’or dans ce périmètre par rapport à l’exploitation artisanale ainsi qu’au respect de la loi. « Nous leur avons montré comment la population peut y gagner d’une autre manière». Le ministre en charge des mines a enfin dit sa satisfaction de voir que les conclusions de cette réunion étaient empreintes d’optimisme.

Grâce-Divine Gahimbare

Ouvrir