Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

APADECO> Création d’emplois chez les jeunes

Pour lutter contre le chômage

 

APADECO2Pour faire face au chômage, les jeunes devraient se regrouper en association. Ils doivent également avoir conscience qu’avec peu de moyens, on peut réaliser de grandes choses et s’occuper utilement.  

 

Sans la paix, le développement n’est pas possible. C’est ainsi  que les jeunes qui représentent un nombre non négligeable dans notre pays doivent s’impliquer dans la consolidation de la paix. « Dans notre association, nous travaillons avec des jeunes diplômés sans emploi, ceux qui sont encore sur le banc de l’école et d’autres pour échanger des idées afin de pouvoir créer de l’emploi dans les différents secteurs de la vie ». Cela ressort d’un entretien que Fabien  Bimenyimana, président et représentant légal de l’Action pour la paix et le développement communautaire (Apadeco) a accordé le mercredi 6 février 2019 au Renouveau. Il a ajouté que des fois, on organise des séances de formation à l’endroit des jeunes, on cherche des experts chargés de renforcer les capacités sur l’élaboration des projets avec peu de moyens afin de lutter contre le chômage.  On sensibilise également les jeunes de se regrouper en association et de mettre à l’œuvre leur force avec le peu de moyen disponible afin d’exercer un petit métier mais générateur de revenus. M. Bimenyimana a souligné que cette association a différents projets qu’il est en train d’exécuter dans  différentes provinces du pays notamment  dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage.  On essaie d’encadrer les femmes célibataires, les jeunes sans emplois afin de les tirer de la pauvreté.  Les jeunes diplômés sans emplois bénéficient également des séances de formation sur  l’élaboration des projets de développement. M. Bimenyimana a fait savoir que les défis ne manquent pas dans l’exécution de leurs projets. Il a parlé  notamment  du manque de moyens financiers, du manque de marché d’écoulement des produits agricoles ainsi que du changement des saisons.  

Il n’y a pas de sot métier

Epitace Nduwayo,  membre de cette même association souligne que pour faire face au taux de chômage élevé, les jeunes ne devraient pas mépriser le travail. Ils doivent se mettre en tête  qu’il n’y a pas de sot métier. Il invite les jeunes à se regrouper en association puisque l’union fait la force. Et d’ajouter également que petit à petit, l’oiseau fait son nid. 

Emélyne Iradukunda

Ouvrir