Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Création d’emploi> Chez les jeunes

Certains se débroullent pour faire face au chômage

 

La rédaction du journal Le Renouveau s’est entretenue, le mardi 29 janvier 2019, avec un jeune qui s’est créé de l’emploi pour faire face au chômage. Il s’est habitué petit à petit au métier de commissionnaire et  le rendement lui permet de gagner la vie tant bien que mal. 

 

Emmanuel Hakizimana est un jeune ressortissant de la commune Rugombo en province de Cibitoke et habitant en commune Mutumbuzi de la province de Bujumbura. Il a indiqué qu’il a terminé ses études secondaires en 2015 et a manqué les moyens financiers pour poursuivre les études universitaires.M. Hakizimana a signalé qu’il est arrivé dans la municipalité de Bujumbura en 2016 avant de commencer à travailler pour le compte des autres personnes mais sans revenus satisfaisants. Il a dit qu’il travaillait tout en exerçant le métier de commissionnaire. M. Hakizimana a fait savoir qu’il  a cherché les acheteurs de petits appareils électroménagers et des téléphones mobiles déjà utilisés.  Après s’être habitué à ce nouveau métier, M. Hakizimana a précisé qu’il lui était devenu difficile de combiner ces deux activités et a opté  pour celui-ci. La raison qu’il a avancée est qu’il passait une bonne partie du temps consacré au premier travail à la quête des clients pour les objets dont on lui promettait la commission. M. Hakizimana a vite amélioré son système de travail en abandonnant des commissions sur les appareils électroménagers et les téléphones mobiles de seconde main en vue de se consacrer aux parcelles et containers à vendre ainsi qu’aux maisons à vendre ou à louer. Il a souligné qu’il opère dans les quartiers où il trouve des maisons. Sa zone de prédilection  est surtout le nord de la capitale Bujumbura en l’occurrence dans les zones Kinama, Kamenge et Gihosha. Le commissionnaire Hakizimana a dit  que  les locataires   ne donnent pas le montant de la commission comme convenu. Il s’est indigné en disant qu’il arrive même que ceux qui sollicitent les commissionnaires ne les paient pas. Selon lui, les revenus en provenance des commissions sont difficiles à gérer car, a-t-il dit, on peut passer même deux mois sans percevoir un montant consistant. 

Ezéchiel Misigaro

Ouvrir