Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

MESRS> Atelier d’échange sur les orientations stratégiques

En vue de mettre en place une plateforme de tous les acteurs dans la mise en œuvre des ODD de l’agenda 2020 et du PND 2018-2027

 

DSC05946 1Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a organisé, le jeudi 31 janvier 2019, un atelier  d’échange sur les orientations stratégiques du ministère pour la mise en place d’une plateforme de tous les acteurs dans la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) de l’agenda 2020 et du Plan national de développement (PND) 2018-2027.  

 

Le ministre en charge de l’enseignement supérieur, Gaspard Banyankimbona a indiqué que le développement est une affaire de tous. « Nous devons nous impliquer tous à ce niveau. Au niveau de l’enseignement supérieur, on a remarqué qu’il y a un décalage entre le monde universitaire, le monde de l’entreprise et le secteur de production. On a senti qu’il y a de l’expertise qui est disponible et qui n’est pas exploité dans les centres de recherche ou dans les universités alors qu’il est indispensable dans la mise en œuvre des ODD d’une part mais également le PND d’autre part. C’est comme ça qu’on a imaginé de créer une plateforme où se réuniront les universitaires, les entrepreneurs, les organisations internationales, tous les partenaires du développement pour que dans ce cadre, on puisse imaginer une manière d’améliorer nos pratiques, d’échanger nos pratiques », a dit M. Banyankimbona.  Il a donné l’exemple du monde des emplois où les entreprises se lamentent que les profils qu’ils reçoivent actuellement ne répondent pas aux besoins de l’entreprise. Et d’ajouter qu’on leur demande d’aider à définir le profil qu’ils souhaitent afin de les former et participer dans tout ce processus. M. Banyankimbona a aussi fait savoir qu’il y a des problématiques des entreprises pour lesquels on invite des consultants étrangers qui viennent faire un travail et qui paradoxalement, à un certain niveau, ils sous-traitent même. Et de signaler qu’au final, on va se rendre compte que la consultance a été effectuée par le personnel local qui était finalement disponible. « Pour nous, la valorisation de cet expertise local qui pourrait couvrir un certain niveau, est moins chère d’abord puis, elle garantit une mémoire institutionnelle. Nous estimons qu’on pourrait se compléter avec les entreprises, les sociétés, avec tous les secteurs de production pour pouvoir agir en synergie pour le développement. Mais il manque ce pont et c’est ce pont qu’on a imaginé sous forme d’une plateforme qui pourrait directement contribuer à booster la mise en œuvre de l’Agenda 2020 et des objectifs du PND pour le Burundi 2018-2027 », a-t-il souligné. 

Emelyne Iradukunda

Ouvrir