Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

MARCHE DE JABE> Le nouveau visage après sa réhabilitation

Les clients viennent un à un

 

IMG Ja12La rédaction du journal Le Renouveau s’est rendue, le mercredi le 19 décembre 2018, au marché moderne de Jabe. C’était dans le but de s’entretenir avec les commerçants sur la comparaison de l’affluence de la  clientèle avant et après la réhabilitation du marché. Un mois après l’ouverture de ce marché, le constat est que les clients viennent un à un. 

 

Dans un entretien accordé à la rédaction du journal «Le Renouveau», Jean- Marie Toyi,  commerçant des chaussures affirme que les clients viennent à compte- goûtes. «  Les clients viennent un à un, nos clients ne sont pas encore habitués à ce nouveau marché. Il nous faut encore du temps pour que le mouvement de la clientèle revienne à la normale », a-t-il signalé.En comparant le mouvement des clients avant et après la réhabilitation du marché, M. Toyi a fait savoir que la fréquentation  a diminué sensiblement. « Dans les années antérieures, surtout pendant  les moments de fêtes de fin d’année, on observait un grand mouvement des acheteurs ; ce qui n’est pas le cas actuellement », a-t-il déploré.  A la question de savoir la cause de ce changement, M. Toyi estime qu’il serait dû à la conjoncture socio-économique du pays  qui n’est pas bonne mais aussi à la nouveauté du marché. Quant à la prénommée Marie, vendeuse de vivres , elle affirme que les clients vont augmenter petit à petit : « Nous gardons espoir que la clientèle va bientôt revenir au rythme de l’ancien marché ».A notre passage à la place où l’on vend de la viande, les bouchers avaient beaucoup de clients. Quelques fois, leurs clients devraient attendre un peu longtemps pour qu’ils soient servis.

Des places fermées

Certains vendeurs qui ont eu des places dans ce marché ne sont pas encore revenus. Selon certains d’entre eux, ces vendeurs seraient à la recherche de moyens financiers afin de mieux redémarrer. D’autres encore seraient en attente de l’affluence de la clientèle. Ils espèrent que ceux qui ne sont pas encore revenus viendront après avoir fini les préparatifs.Certains commerçants se disent satisfaits de la manière dont on a construit ce marché. Mais, ils ont adressé une  demande aux autorités compétentes de voir comment mettre les tôles dans certaines places pour que l’eau de pluie ne puisse pas pénétrer à l’intérieur de leurs kiosques. « Quand la pluie tombe, l’eau entre à l’intérieur, nos articles peuvent être endommagés ».          

Moïse Nkurunziza (Stagiaire)-

Ouvrir