Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Groupement en coopératives> Leurs avantages

 Ils sont très nombreux

Les coopératives locales d’épargne et de crédit présentent beaucoup d’avantages pour la population. Elles sont parmi les voix auxquelles les gens peuvent recourir pour faire face au chômage qui hante beaucoup de familles burundaises. Ce sont les propos de Philippe Masabo, le représentant légal de l’association « Action pour le développement et la sante intégrée» dans l’entretien qu’il a accordé à la rédaction du quotidien, le Renouveau le mardi 02 octobre 2018.

IMG 0028Au niveau des communautés, comme la jeunesse constitue plus de 60% de la population burundaise, M. Masabo affirme que  c’est elle la population en âge de travailler, et les femmes jouent un grand rôle dans le bon entretien du ménage en cultivant ou en s’occupant de l’éducation des enfants. Ces deux catégories nécessitent beaucoup plus de connaissances par rapport à l’auto-développement dans un monde changeant. «Nous sommes dans un monde où on n’est pas sûr que  l’agriculture fera vivre nos populations locales. Donc, il faut qu’il y ait ce qu’on appelle la résilience par rapport  aux effets des changements climatiques qu’on est en train d’observer. C’est-à-dire  qu’ils ne peuvent pas cultiver selon les saisons qu’on connaissait naguère», a dit M. Masabo. Etant donné que le taux de la population jeune galope davantage et que le gouvernement ne peut pas embaucher tout le monde, il faut que ces jeunes et ces femmes fassent des groupements associatifs pour chercher des activités novatrices et génératrices de revenu.

« Le groupement en coopératives facilite les gens dans la satisfaction de certains besoins. Par exemple, ça donne des idées de faire du commerce, de l’élevage ou d’autres activités génératrices de revenu», a-t-il ajouté. Il n’a pas oublié de souligner que lorsqu’on est dans un groupement quelconque, une coopérative ou une microfinance peut facilement prêter de l’argent à celui ou celle qui en a besoin pour exécuter son projet et ainsi s’auto-développer et être capable de payer les frais scolaires pour les enfants et les nourrir. Les jeunes aussi peuvent facilement réaliser leurs petits projets grâce à ces microfinances. « Ces coopératives diminuent aussi le taux de chômage ».

Olivier Nishirimbere

Ouvrir