Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

EDUCATION>Les opinions des parents sur les cours du soir

Divergences d’opinions

La rédaction du quotidien d’information Le Renouveau s’est entretenue ce vendredi 28 septembre 2018 avec les parents. C’était pour recueillir leurs opinions sur les cours du soir.


Les cours du soir sont des enseignements dispensés, généralement organisés  après l’école pour les enfants sur demande de leurs parents. Ces cours peuvent être dispensés par leurs propres enseignants ou ceux d’ailleurs. Ce genre de cours est organisé pour les élèves du primaire mais également pour ceux du secondaire. Les enseignants sont sollicités par certains parents afin d’améliorer la capacité intellectuelle de leurs enfants. Les cours du soir créent une divergence d’opinions pour les uns et les autres, car ils ne le perçoivent pas de la même façon. Les parents avec qui nous avons discuté, ont fait savoir que les cours du soir sont importants du moment que l’enseignant fait son travail correctement.

Pour eux, ils n’ont aucun problème. «Avant que nous décidions de confier notre enfant à un enseignant, il avait de très mauvaises notes ; nous quittions la maison à 7 h pour revenir à 20h. Nous n’avions pas le temps de nous occuper de notre enfant. Il rentrait à la maison avec des devoirs et des exercices mais personne n’était là pour lui expliquer ce qu’il ne comprenait pas. Vous comprenez qu’à l’interrogation, il ne pouvait pas avoir de bonnes notes. Alors, nous avons décidé de l’inscrire dans un cours du soir chez sa maîtresse, ce qui a donné de bons résultats à la fin de l’année», ont-ils signalé.Un autre parent nous a confié qu’il a été déçu par la façon dont un enseignant s’occupait de ses enfants. Pour lui, ces cours du soir font perdre de l’argent. «Moi  j’ai deux enfants, je payais 50 000 FBu pour chacun chaque fin du mois pour qu’ils puissent suivre le cours du soir, mais à ma grande surprise, un jour j’ai vérifié et j’ai constaté qu’ils ne faisaient que corriger le devoir à domicile. Il ne leur donnait pas d’autres exercices pour voir s’ils avaient au moins compris. Dès ce jour, j’ai décidé de suspendre ces cours du soir, je m’en charge moi-même et je me débrouille tous les jours afin de dégager du temps pour les suivre, a indiqué ce parent».

Sonia Busogoro (stagiaire)

Ouvrir