Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Enseignement supérieur> Concours d’entrée dans les facultés de médecine du Burundi

Proclamation des résultats de la 4e édition

00aaabLe ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Gaspard Banyankimbona a tenu un point de presse le lundi 1er octobre 2018 sur la proclamation des résultats de la quatrième édition du concours d’entrée dans les facultés de médecine du Burundi, au siège du ministère de tutelle. Les étudiants qui ont obtenu une note comprise entre 77,08% et 47,5% ont été retenus, et les trois premiers élèves qui ont obtenu une note comprise entre 77,08% et 71,8% ont été primés par le ministère.


Pour le ministre Banyankimbona, cette proclamation intervient au lendemain de la clôture des activités liées à l’organisation du concours d’entrée dans les facultés de médecine de l’enseignement supérieur du Burundi, dont les inscriptions avaient débuté le jeudi 23 août 2018 pour se terminer le mercredi 29 août 2018. La passation de ce concours a eu lieu sur cinq centres dans tout le pays. Les épreuves ayant fait l’objet de ce concours étaient la biologie, la physique, le français, la Chimie, les mathématiques et l’anglais. Le ministre a dit que le processus s’est déroulé sans incident et a profité de cette occasion pour remercier et féliciter les membres du Comité d’organisation ainsi que toute personne qui aura contribué directement ou indirectement à la réussite de ce concours.

Le concours avait un double objectif

Pour M. Banyankimbona, au Burundi comme ailleurs dans d’autres pays, spécifiquement ceux de la Communauté est-africaine, les facultés de médecine font partie des filières stratégiques recherchées, mais aussi les plus exigeantes en termes, de qualité et de coût relatif aux ressources humaines et équipements pédagogiques. 

Les inscriptions se faisaient par SMS

Pour faciliter les inscriptions à la 4e édition du concours d’entrée, elle se faisaient par SMS. Les effectifs totaux des inscrits par SMS ont atteint un chiffre de huit cent onze (811) candidat dont sept (7) ne remplissaient pas la condition d’avoir 60% à l’examen d’Etat. Parallèlement, cent quarante-trois (143) candidats ont été autorisés à s’inscrire le jour même de l’examen au centre de passation de leur choix. L’objectif final était de retenir trois cent premiers candidats pouvant potentiellement s’inscrire dans les facultés de médecine, à raison de cent (100) étudiants par faculté suivant les recommandations  de la Communauté de l’Afrique de l’Est, a ajouté M. Banyankimbona. Trois cents candidats ayant une note comprise entre 77,08% et 47,5% ont été retenus. Les cent (100) premiers étant d’office admis à la faculté de médecine de l’Université du Burundi, les deux cents autres avaient le choix entre les facultés de médecine des universités Espoir d’Afrique et de Ngozi. Selon toujours le ministre Banyankimbona, à la fin de chaque édition, tradition oblige, on a primé ceux qui se sont distingués pour les féliciter et les encourager, la réussite à ce test n’étant qu’un début d’un long chemin pour devenir médecin, mais également pour raviver l’esprit de compétition pour les futures éditions. Trois candidats ont été primés, le premier est Godefroid Sembabazi, lauréat du Petit séminaire Mika qui a eu 77,08% et a eu un Laptop, la deuxième est Ange Zélie, lauréate du Lycée du Saint Esprit qui a eu 73,8% et a reçu une tablette, et enfin le troisième est un lauréat du Petit séminaire St Pie de Muyinga qui a eu 71,8% et a reçu un smartphone. M. Banyankimbona a également indiqué qu’un petit sondage d’opinion a révélé les raison probable du déclin du taux de participation à ce concours : ceci serait dû à la longue période d’attente des candidats qui seraient déconnectés depuis du contenu de la matière apprise en classe et auraient peur d’aborder la compétition en concours. Ceci nous a paru vraisemblable et nous allons considérer les possibilités d’organiser un autre concours avant la fin de l’année pour maximiser les chances d’avoir plus de candidats, a promis M. Banyankimbona.  

Aline Nshimirimana

Ouvrir