Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Bujumbura> Vente à la criée des fretins frais

L’hygiène laisse à désirer

 

IMG 4064La rédaction du quotidien d’information Le Renouveau s’est rendue ce vendredi 31 août 2018 à l’ex marché central de Bujumbura pour se rendre compte du commerce ambulant des fretins exercé généralement par les dames.  

 

Autour de l’ex marché central de Bujumbura, on y observe un commerce de différents produits. Malgré que le commerce ambulant soit interdit pour motif d’hygiène et de sécurité, il y a des commerçants qui continuent à l’exercer. Pendant la soirée, c’est là que commence la vente des aliments de différentes sortes comme les légumes, les fruits, les aliments secs, etc. Parmi ces aliments, on y trouve des fretins vendus par les femmes en criant à la recherche des clients.Sur l’avenue du Marché mais aussi sur l’avenue passant en haut de l’ex marché central, des femmes vendeuses de fretins guettent tout le temps un éventuel passage de policiers. Elles exercent leurs métiers dans la clandestinité, et elles ont pris la précaution de cacher ces fretins sous les stands des autres commerçants, mais l’odeur des fretins les trahit. Elles sont donc obligées de tourner dans les alentours par peur d’être attrapées par la police. Une de ces femmes a indiqué que ce métier est difficile à exercer parce que quand la police les attrape, elle les embarque avec leurs affaires et pour qu’elle les relâche, ces dernières doivent payer une amende. Ce sont des lamentations de ces gens qui vivent au jour le jour de leur commerce. Pour elle, c’est dans ce commerce qu’elle trouve de quoi nourrir la famille, payer les frais scolaire pour les enfants mais également de quoi s’habiller.C’est visible que certains de ces vendeurs ne tiennent pas compte de l’hygiène de leurs marchandises. On les voit toujours posées sur leurs petites tables portables dont l’hygiène reste toujours inquiétante. Quand les véhicules passent sur la route, elles occasionnent des tourbillons de poussières qui se déposent sur les tables où sont étalés les fretins. Les clients que nous avons interrogé demandent aux autorités de chercher un endroit propre pour ces vendeurs de fretins afin que ceux qui les achètent n’attrapent pas les maladies des mains sales.

Sonia Busogoro (stagiaire)

Ouvrir