Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ZONE KAMENGE> Camp de travail

Pour une occupation des jeunes en vacances

 

DSCI6400Avec l’aide de l’administration locale, la municipalité de Bujumbura a organisé des camps de travail pour l’occupation des jeunes en vacances. Ce constat a été dernièrement fait dans la zone Kamenge, quartier Kavumu de la commune Ntahangwa. Ces jeunes reçoivent une formation civique après les travaux ainsi qu’une sensibilisation à l’entrepreneuriat.  

 

Depuis le 12 juillet 2018, les jeunes de la zone Kamenge se rencontrent tous les matins dans le cadre du camp de travail organisé par la mairie de Bujumbura  en vue d’aider les jeunes à profiter de leurs vacances utilement. Les chefs de quartier sont appelés à aider ces jeunes en éducation civique et entrepreneuriale. Ces travaux sont constitués principalement du débouchage des caniveaux ainsi que la fabrication des briques pour la construction des maisons des personnes démunies.Selon Darlène Kamariza, les jeunes en vacances ont besoin d’une occupation pour éviter des comportements malsains rencontrés ici et là dans les quartiers. Pour elle, c’est une occasion de se faire des ami(e)s, de rendre propre leur quartier et d’éviter des groupements de jeunes appelés communément « ligalas » qui sont le plus souvent à la base de comportements inadéquats. Après les travaux, les chefs de quartier s’organisent pour dispenser une éducation civique d’une part à ces jeunes et d’autre part une éducation sexuelle et entrepreneuriale pour ces derniers. Pour Darcy Ngendakumana, ces travaux leur sont d’une importance capitale car ils ne sont plus exposés à la drogue et aux autres mauvais comportements. «Nous sommes fiers de ces travaux. D’ailleurs, cela montre que nous aimons notre quartier, voire notre pays ». Pour Bonaventure Nkeshimana, chef du quartier Kavumu, chaque quartier envoie dix jeunes (10) et ils se rencontrent sur terrain. Ces travaux sont d’une importance capitale pour ces jeunes, car cela crée une cohésion sociale entre les jeunes et augmente le patriotisme en eux. Après ces travaux, les jeunes se rencontrent au chef-lieu du quartier pour recevoir une éducation civique et parascolaire, ajoute-t-il. Ils apprennent à participer dans des associations et à s’entraider mutuellement dans des groupements d’épargne et de crédit. Ces travaux vont durer trois semaines. 

Aline Nshimirimana

Ouvrir