Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

MINEAGRIE > Compétition pour la dégustation du meilleur café

La province de Kayanza a pris la première place avec 91,43%

 

DSC02587Le ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage (MINEAGRIE) a clôturé, le mardi 2 août 2018, la compétition Cup of excellence pour la dégustation du meilleur café. La première place est revenue à la maison Rubagabaga, propriété de Greenco, dans la province de Kayanza, en commune Gatara. Ella a obtenue 91,43 %. Pour la première fois, a indiqué le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, sept associations ont reçu des certificats présidentiels pour avoir dépassé 90 %.  

 

Cette activité, qui a commencé le 15 juillet, consistait à sélectionner le café de spécialité qui a la valeur la plus élevée. La compétition pour le choix du café de spécialité se déroule chaque année au Burundi. C’est une occasion de faire la visibilité du café du Burundi et de renforcer la capacité des dégustateurs burundais. Pour cette année, le Burundi vient d’avoir trois  candidats dégustateurs qui ont atteint le niveau de juges internationaux dans la dégustation.Dans le message d’accueil, Christophe Kinshasa, qui a représenté le maire de la ville de Bujumbura, a indiqué que personne n’ignore que la culture de café est d’une grande importance pour la vie de notre pays. Il a salué les efforts du gouvernement du Burundi de ne ménager aucun effort pour protéger la culture du café qui fait grand honneur au Burundi et contribue au développement du pays. Le président de l’association des producteurs de café, Joseph Ntirabampa, a souligné que cette compétition a une grande importance pour les cultivateurs car elle permet de connaître la saveur et la valeur du café mais aussi sa visibilité. Elle a, a-t-il ajouté, l’objectif de développer le cultivateur.M. Ntirabampa a remercié le ministère de l’Agriculture pour les efforts fournis pour soutenir les cultivateurs du café et il a par ailleurs déploré le fait que certains cultivateurs ne sont pas encore payés.

La culture de café est d’une grande importance pour les cultivateurs et le pays

Dans le discours de circonstance, le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, a souligné que la culture de café est bénéfique pour la survie des cultivateurs et pour le pays car il fait entrer des devises. Il a félicité les compétiteurs qui ont réalisé de grands pourcentages et particulièrement la province de Kayanza qui a pris la première place avec 91,43%. Pour cette année, la saveur a augmenté de telle sorte que 29 lots sur les 41 lots dégustés ont été meilleurs et, en plus de cela, sept lots ont atteint une valeur plus élevée de plus de 90% (lots présidentiels). Il a pour cela encouragé les cultivateurs à continuer à travailler pour l’honneur du pays.Il a promis, au niveau du gouvernement, de ne ménager aucun effort pour développer la culture du café et motiver les cultivateurs

Le prix minimum, par kilogramme, est de 500 FBu

Le prix du café, comme le laissent entendre certains cultivateurs, n’est pas relativement très bas, a dit le ministre Guide Rurema, car depuis 2016, le prix est de 500 FBu le kg. Il y avait des spéculations qui ont circulé à 380 et 400 FBu le kg chez le paysan, mais le gouvernement du Burundi a pris la décision de défendre le cultivateur du café en augmentant et en stabilisant le prix minimum à 500 FBu le kg. Dans le café de spécialité, l’agriculteur a l’avantage de le vendre à un prix élevé.Concernant le problème de fertilisants, il a indiqué que le gouvernement a un projet soutenu par la Banque mondiale dans le sens de faciliter l’accès à ces matières par les cultivateurs. 
KAZADI MWILAMBWE

Ouvrir