Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

UNIPROBA> Entretien sur la scolarisation des Batwa au Burundi

Ils méritent d’être appuyés pour faire face aux problèmes qui les poussent à abandonner l’école

 

La communauté Batwa représente quelque 1% de la population burundaise. Cette catégorie de la population est confrontée à plusieurs problèmes liés à la pauvreté. La rédaction du quotidien d’information le «Renouveau» s’est entretenue ce mardi 31 juillet 2018 avec le représentant légal de l’Uniproba pour se rendre compte de l’état des lieux de la scolarisation des Batwa au Burundi. 

 

Selon Emmanuel Nengo, ces derniers jours, les Batwa ont regagné le banc de l’école, contrairement aux années antérieures où cette minorité ethinique était discriminée par le reste de la population. Dans une étude qui a été réalisée par l’Uniproba (Unissons-nous pour la promotion des Batwa), il a été ont constaté que 82% des Batwa ne sont pas allés à l’école, ni les hommes ni les femmes. Seuls 22,1% ont pu aller à l’école et ont pu étudier  jusqu’à la fin de l’école secondaire. L’autre catégorie 0,60% est celle qui a fait l’université à côté de ceux qui ont terminé l’université a dit M. Nengo.Malgré cela, on observe toujours des cas d’abandon scolaire de la minorité Batwa. Le problème majeur  qui les pousse à abandonner l’école n’est plus la discrimination comme cela l’était au paravant, c’est plutôt la famine et le manque de moyens pour payer les frais scolaires ou acheter le matériel scolaire, a ajouté M. Nengo. La population Batwa vient dans une misère totale, nous essayons de les sensibiliser de faire inscrire leurs enfants à l’école. Mais la question de famine revient toujours, car les Batwa disent qu’ils ne peuvent pas les envoyer alors qu’ils n’auront pas de quoi manger à leur retour, ils préfèrent rester à la maison et fabriquer des pots à vendre.Au niveau de l’Uniproba, M.Mengo dit que son association a sollicité des aides auprès des bailleurs pour essayer de pallier à ces différents problèmes liés au manque de moyens. Ils demandent au gouvernement de prendre en charge la population Batwa pour qu’elle n’ait plus à payer les frais scolaires et leur octroyer le matériel scolaire ou bien leur octroyer des certificats d’indigence comme cela est le cas pour les orphelins.

Sonia Busogoro (Stagiaire)

Ouvrir